P095 - Validation des seuils de tension et d'un algorithme prédictif de tension hospitalière dans un centre hospitalier.

Hélène Trouvain (1), Jean-baptiste Lézy (1), Christophe Adam (1), Octavie Loriau (1), Eric Wiel (2)

1. SAU-SMUR, CH Armentières, Armentières, France
2. Pôle de l'Urgence-CHRU de Lille et Faculté de Médecine-Université Lille 2, CHRU Lille, Lille, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : La surcharge des services d’urgences est un enjeu de santé publique international. Elle engendre des situations de tension hospitalière prises en compte en France par le plan « Hôpital en tension ». Une étude précédente dans un centre hospitalier avait proposé des seuils aux indicateurs significatifs de tension ainsi qu’un algorithme prédictif de tension. L’objectif de cette étude était d’évaluer si les seuils de tension précédemment définis sont toujours valables après la mise en place de mesures préventives, et d’analyser la pertinence de l’algorithme prédictif d’une situation de tension.

Méthode : Cette étude a comparé 4 indicateurs de tension dans un centre hospitalier entre deux périodes : du 1er mai 2014 au 30 avril 2015 et du 1er mai 2015 au 30 avril 2016. Entre ces 2 périodes, des mesures visant à prévenir la tension ont été mises en place. La tension était déclarée à partir de données locales et nationales. Une analyse descriptive stratifiée par période puis multivariée par régression logistique a été effectué pour chaque indicateur. Enfin, nous avons cherché à valider en période 2 l’algorithme proposé en période 1.

Résultats : La tension est présente 9,04% de l’année pour la période 1 contre 10,38 pour la deuxième (p= 0,63). Lorsqu’il y a 1 patient sur brancard à 7h et 1 patient plus de 24h dans le service des urgences et 3 transferts par jour, il existe, dans 92% des cas une tension lors de la période 1 (sensibilité 97%, spécificité 79%, valeur prédictive positive 31%, valeur prédictive négative 100%, D^2 5%) contre 69% lors de la période 2 (respectivement : 50%, 77%, 20%, 93%, 31%). L’aire sous la courbe de validation de la régression logistique de la période 1 à la période 2 est de 50%.

Discussion : La principale limite de cette étude est l’absence de gold standard pour définir une situation de tension. La mise en place progressive d’actions correctrices visant à éviter ou résoudre une situation de tension a une répercussion sur les seuils des indicateurs de tension. Ces actions nécessaires rendent cependant difficile, à ce jour, l’utilisation des mêmes seuils de tension en comparaison aux données antérieures. Les seuils et l’algorithme précédemment définis ne sont donc pas applicables au quotidien. Par conséquent, ces résultats montrent qu’il est nécessaire de mener une analyse continue de l’évolution des seuils par la cellule de veille de l’hôpital.

Tags : tension indicateur « Hôpital en tension » service d'urgence