CP154 - Vaccination antigrippe chez les soignants, sommes-nous bien protégés ?

Hervé Kirch (1), Pierrick Le Borgne (2), Sophie Hatsch (2), François Lefebvre (3), Véronique Christian (1), Etienne Quoirin (4), Francis Schneider (5), Pascal Bilbault (2)

1. Urgences Hautepierre, Hopitaux Universitaires de Strasbourg, Strasbourg, France
2. Urgences Adultes, Hôpital de Hautepierre, CHU Strasbourg, Strasbourg, France
3. Département de santé publique, CHU de Strasbourg, Strasbourg, France
4. Urgences Adultes, Hopital de Hautepierre, CHU Strasbourg, Strasbourg, France
5. Réanimation médicale, Hôpital de Hautepierre, CHU Strasbourg, Strasbourg, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction:

La cible de couverture vaccinale antigrippe est définie à 75% dans une population à risque. Les professionnels de santé, à fortiori aux urgences et en réanimation, relèvent d’une vaccination (altruiste) puisqu’ils sont potentiellement vecteurs et quotidiennement au contact de patients à risque. L’objectif principal de cette étude était de reccueillir le taux brut estimé de couverture vaccinale antigrippe des personnels (médicaux, para-médicaux) travaillant aux urgences et en réanimation.

Matériel et méthodes:

Nous avons conduit une étude rétrospective, observationnelle et monocentrique au cours de l’année 2017 sur la précédente campagne de vaccination (2016-2017). Nous avons reccueilli l’ensemble des données via un questionnaire anonyme rempli par les personnels souhaitant participer à l’étude dans un service d’accueil des urgences adulte et dans un service de réanimation médicale universitaires.

Résultats:

Au total, 123 professionnels ont répondu au questionnaire, l’âge médian des participants était de 29 ans (IQR: 26-34) et l’ancienneté médiane dans la profession était de 5 ans (IQR: 3-9). Parmi ceux-ci, 15% étaient médecins séniors, 41% étaient des IDE, 20% des étudiants (internes, élèves IDE), 15% des aides-soignantes et 9% des administratifs. 77% des participants provenaient des urgences et 23% travaillaient en réanimation. 46% de l’ensemble de la population déclarait s’être déjà fait vacciner contre la grippe. Le taux brut de vaccination (2016-2017) était de 23% (IC95%: 16-30%), les principaux freins étant le manque de temps (20%) et l’impression d’inéfficacité du vaccin (41%), malgré le fait que la majorité des personnels interrogés considerait le virus comme potentiellement dangereux (98%). Il n’existait pas de différence de vaccination selon le service d’appartenance (p=0,84) ni selon le sexe (p=0,58). L’analyse en sous-groupe a révélé une nette différence de vaccination selon le corps de métier (p=0,007) en effet la couverture vaccinale était meilleure chez les médecins (44%) et les étudiants (40%) que chez les IDE (12%) et les personnels administratifs (18%). 14% des participants déclaraient avoir eu la grippe sur l’année écoulée. Enfin, 96% des participants ont déclaré être à jour de leur vaccin et 50% (IC95%: 41-59%) déclarait accepter se faire vacciner l’année suivante si cela était effectué par un de leur collègue.

Conclusion:

La vaccination antigrippe aux urgences et en réanimation pour le personnel soignant reste insuffisante.

Tags : vaccin grippe urgences