P001 - Utilisation de la Voie Intra Nasale en milieu périlleux, exemple de la Kétamine

Christophe Dubecq (1), Gabriel Morand (1), Nicolas Ribaud (2), Pierre-emmanuel Coz (1), Mathieu Meric (1), Stéphane Travers (3), Philippe Taton (4), Michel Groud (5)

1. SSA, AMS FS, Bayonne, France
2. SSA, AMS FS, Lorient, France
3. SSA, Antenne médicale Villacoublay, Villacoublay, France
4. SSA, AMS FS, Pau, France
5. SSA, CSS Forces spéciales, Paris, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : Lors d’afflux massif de blessés ou en milieu périlleux ou isolé, l’administration de thérapeutiques peut être limitée ou retardée par la difficulté d’obtention d’un accès vasculaire intraveineux (IV). La voie intra nasale (IN) est connue depuis longtemps mais peu utilisée. Trois équipes médicales ont été amenées à utiliser cette technique lors de la prise en charge de blessés de guerre.

L’objectif de notre étude était de décrire l’utilisation préhospitalière de la kétamine IN dans le cadre de l’analgésie vigile de ces blessés.

 

Matériel et méthode : L’étude est observationnelle, rétrospective, multicentrique incluant les blessés de guerre pris en charge d’août à novembre 2017.

L’indication retenue de la kétamine IN étaient une échelle verbale > 7 et l’absence d’IV immédiate ou rapidement disponible ; les contre indications comprenaient les troubles de conscience et les fracas du massif facial.

La kétamine IN était injectée pure (50mg/mL) dès l’arrivée, à l’aide d’une seringue à pulvérisateur (dispositif MADâ), à la dose de 25mg par narine soit 50mg IN-1mL par adulte, avant toute administration d’autre thérapeutiques.

 

Résultats?: 73 blessés ont bénéficié d’une antalgie par de la kétamine IN. Leur ISS moyen était de 18,9 (13 [e-t 17,1]) et 63% de ces blessés était hémodynamiquement stables à l’arrivée. La kétamine a été administrée seule (15 cas – 20,5%) ou associée à 10mg de morphine sous cutanée SC (58 cas - 79,5%). Dans 59 cas (80,8%), aucune antalgie complémentaire IV n’a été nécessaire durant la suite de la prise en charge et 59 blessés sur 73 ont secondairement bénéficié d’IV. Seul 1 effet indésirable mineur à type de psychodyslepsie a été observé, cédant en augmentant la dose de Kétamine.

 

Discussion?: La kétamine IN possède une excellente biodisponibilité (33-50%) et une absorption rapide < 5min. Administrée à dose coanalgésique, les effets indésirables sont rares et contrôlables. La concentration actuelle des ampoules de kétamine impose un dépassement du volume idéal de 0,5ml par narine. L’association avec la morphine sous-cutanée potentialise son efficacité.

 

Conclusion?: La kétamine IN permet une antalgie simple, rapide, peu onéreuse et aux effets indésirables rares qui trouve tout son intérêt en milieu hostile, isolé, ou en cas d’afflux saturant. Un dispositif d’auto-administration par pulvérisateur intranasal est à l’étude en complément des syrettes de morphine dans les trousses individuelles.

Tags : blessé de guerre analgésie kétamine voie intra nasale