CP111 - Utilisation d'un outil de géolocalisation de défibrillateurs publics et de secouristes volontaires au sein d'un Centre de Réception des Appels : étude de faisabilité.

Clément Derkenne (1), Daniel Jost (2), Lesaffre Xavier (3), Olga Maurin (4), Olivier Yavari (2), Groupe De Travail Sur L'arrêt Cardiaque (3), Jean-pierre Tourtier (5), Stéphane Travers (6)

1. Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris, Brigade des sapeurs-Pompiers de Paris, Paris, France
2. Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris, Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris, Paris, France
3. Bureau Médical d'Urgence, Brigade des sapeurs-Pompiers de Paris, Paris, France
4. Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris, Brigade des Sapers Pompiers de Paris, Paris, France
5. Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris, Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris, paris, France
6. Bureau Médical d'Urgence, Brigade des sapeurs-Pompiers de Paris, paris, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction

Le délai entre la survenue d'un arrêt cardiaque extra hospitalier (ACEH) et l’initiation du massage cardiaque externe (MCE) conditionne son pronostic. Lors d’une prise d’appel pour ACEH, le centre de réception des appels (CRA) utilise un outil de géolocalisation de défibrillateurs automatisés externes (DAE) et de « bons samaritains » (BS) formés au secourisme, via une application téléchargée par certains citoyens sur leur smartphone. Cet outil permet au CRA de déclencher le BS à proximité et d’accélérer l’arrivée d’un DAE. L’objectif de l’étude était d’évaluer la faisabilité de cet outil au sein du CRA et de mesurer le nombre de BS déclenchés.

Matériels et Méthode

Etude rétrospective observationnelle. Critères d’inclusion : victime d’ACEH sur voie et lieu public. Critère de jugement principal : taux de BS ayant réussi à  réaliser un geste de secours. Critère de jugement secondaire : nombre de citoyens ayant souscrit à l’application smartphone. Variables recueillies : déclenchement ou non de l’outil par le CRA pour la recherche d’un DAE, d’un BS ; nombre de BS géolocalisés, déclenchés, arrivés  sur intervention, ayant réalisé un geste de secours. Statistiques: description univariée des variables recueillies.

Résultats

Du 01/01 au 01/11/2017, 363 (100%) ACEH ont été inclus. Le CRA a déclenché 151 (42%)  recherches de DAE, 242 (67%) recherches de BS. Seuls 111 (30,5%) BS ont pu être géolocalisés dont 52 (14,3%) se sont déplacés, 19 (5%) sont arrivés à l’adresse de l’intervention et 3 ( < 1%) ont réalisé un geste de secours. Enfin sur les dernières semaines de l’étude, 2108 nouveaux BS ont été recrutés.  

Discussion

En contexte urbain fortement médicalisé, l’outil de géolocalisation s’est progressivement intégré dans le processus d’envoi des secours, après quelques mesures correctrices (ergonomie de l’interface au CRA et sur les smartphones, rapidité de déclenchement du BS, précisions sur le statut juridique du BS). La réalisation de geste par un BS était encore peu fréquente, notamment liée à l’arrivée rapide des secours institutionnels ( < 10 min.). A noter qu’une hausse du recrutement et du nombre de BS acceptant de se déplacer était notée sur les dernières semaines de l’étude. L’efficience du premier maillon de la chaîne de survie est un acte citoyen. Des campagnes d’information en faveur du  téléchargement massif de ce type d’application smartphone pourront contribuer à diminuer le délai d’initiation du MCE et de défibrillation.     

Tags : arrêt cardiaque géolocalisation nouvelles technologies