P138 - Urgences en médecine générale et médecine générale aux urgences, mêmes patients ?

Marc Vranckx (1), Ibrahim Murillo (2)

1. Service d'Accueil des Urgences, CHU de Charleroi Hôpital Civil Marie Curie, Lodelinsart, Belgique
2. , Médecine générale, Lodelinsart, Belgique
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction :  Le nombre de patients pris en charge par les services d’urgence ne cesse de croître.  Le constat posé a posteriori que bon nombre de ces patients auraient pu ou dû consulter leur médecin généraliste se heurte à la difficulté de définition consensuelle des cas relevant de la médecine générale.  Le but de notre étude est de comparer l’épidémiologie des patients admis spontanément aux urgences à celle des patients vus en urgence par un médecin généraliste.

Matériel et méthode :  La cohorte de patients s’étant présentés spontanément entre 08h00 et 19h00 du 01/01/2016 au 28/01/2016 dans un service d’urgence (groupe URG) a été comparée à celle des patients s’étant présentés sans rendez-vous dans la même période chez un médecin généraliste de la même région (groupe MG).  Les caractéristiques démographiques, le motif de consultation choisi parmi le thésaurus des motifs de recours en structure d’urgence proposé par la Société Française de Médecine d’Urgence, la prescription d’examens complémentaires et le suivi organisé ont été relevés.

Résultats :   1645 patients ont été inclus dans le groupe URG et 236 dans le groupe MG.  La médiane d’âge est statistiquement différente dans les deux groupes (respectivement 27 vs 62) de même que la prévalence du sexe masculin (44% vs 53.4%) et la prescription d’examens complémentaires (59.1% vs 28%).  La nécessité d’un suivi spécialisé est identique (11.2% vs 11,4%).  Les 10 motifs les plus fréquents aux urgences représentent 66% des patients URG mais seulement 25.8% des patients MG tandis que les dix motifs les plus fréquents en médecine générale représentent 69.9% du groupe MG et 21% du groupe URG.  A motifs identiques de consultation (douleur de membre sans traumatisme, toux, douleurs abdominales, céphalées), l’âge du consultant est significativement différent à l’exception des consultations pour diarrhée.

Conclusions :   L’épidémiologie des patients se présentant spontanément au service d’urgence est clairement différente de celle des patients se présentant en urgence chez leur médecin généraliste, y compris lorsque le motif de consultation est identique.  Ce ne sont donc pas les mêmes patients.  Vouloir d’une manière ou d’une autre dissuader ces patients de se présenter aux urgences et les référer prioritairement vers la médecine générale modifierait significativement la patientèle non programmée et donc la pratique médicale des médecins généralistes.

Tags : épidémiologie médecine générale soins non programmés