CP125 - Traumatismes crâniens légers sous antiagrégants plaquettaires : risque d'hémorragie intracrânienne et indication du scanner cérébral

Amandine Mothu (1), Albert Trinh-duc (1), Margot Darre (1), Laurent Maillard (1)

1. urgences , Centre hospitalier Agen saint esprit, Agen, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : Les traumatismes crâniens légers (TCL) sous antiagrégants plaquettaires (AAP) sont un motif de consultation fréquent dans un service d’urgence et un problème de santé publique. En France, il est recommandé de réaliser un scanner cérébral non injecté (TDMc) et une surveillance hospitalière de vingt-quatre heures pour tous ces patients. L’objectif était d’identifier les facteurs de risque d’hémorragie intracrânienne (HIC) justifiant la réalisation d’une TDMc, dont la prise d’AAP, lors d’un TCL. Matériels et méthodes : Il s’agissait d’une étude cas-témoins rétrospective observationelle sur l’année 2016 monocentrique dans un service d’urgences polyvalentes. Les patients inclus étaient les patients de plus de 18 ans présentant un TCL, soit un score de Glasgow (GCS) ≥ 13. Les patients exclus étaient ceux sous anticoagulants autres que les AAP. La réalisation d’une TDMc et l’hospitalisation étaient décidées par l’équipe médicale en charge du patient. Résultats : Au total 766 patients ont été inclus, 23 patients dans le groupe des cas (HIC), dont 10 sous AAP (44%), et 743 patients dans le groupe témoins (pas d’HIC), dont 174 sous AAP (23%). Parmi les patients inclus, 340 patients ont bénéficié d’une TDMc, dont 165 sous AAP. Les facteurs significativement associés à la présence d’une HIC étaient les AAP (p=0.03), la cinétique moyenne ou haute (p < 0.0001), la perte de connaissance (p < 0.0001), l’amnésie (p=0.001), le GCS < 15 (p=0.01) et l’examen neurologique anormal (p < 0.0001). La prise d’AAP était fortement associée à la réalisation d’une TDM (OR 41.7 [23.7-75.5]). Dans la population sous AAP, ces facteurs de risques semblent être les mêmes. Il n’y a eu aucune prise en charge neurochirurgicale ni aucune HIC retardée à 3 mois parmi les patients sous AAP. La prise en charge d’un patient victime d’un TCL sous AAP en France coûte 682 euros environ. Discussion : Le traitement par AAP est faiblement associé à l’HIC et c’est le facteur le plus associé à la réalisation d’une TDMc, contrairement aux autres facteurs de risque significatifs fortement associés à l’HIC. Il existe donc une surestimation du risque d’HIC sous AAP. Les HIC sous AAP ont peu de conséquences cliniques et thérapeutiques. Conclusion : La prise d’AAP ne semble pas être un facteur de risque indépendant d’HIC dans les TCL. La réalisation d’une TDMc sur les facteurs de risque clinique pourrait réduire le coût de la prise en charge de ces patients.

Tags : traumatisme crânien léger antiagrégant plaquettaire hémorragie intracrânienne scanner cérébral cas-témoins