CP123 - Traumatisme crânien ayant bénéficié d'une tomodensitométrie cérébrale en urgence : Pronostic à 6 mois

Anne Delaruelle (1), Adrien Lauvray (1), Olivier Klein (2), Jean Paysant (3), Lionel Nace (1), Guillaume Brembilla (1), Gérard Audibert (4)

1. Service d'Accueil des Urgences, CHU Nancy Hopital Central, Nancy, France
2. Neurochirurgie, CHU Nancy Hopital de Brabois, Nancy, France
3. Médecine Physique et Réadapatation, Institut Régional de Médecine Physique et de Réadaptation de Nancy, Nancy, France
4. Réanimation chirurgicale polyvalente, CHU Nancy Hopital Central, Nancy, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : Les traumatismes crâniens (TC) représentent un problème majeur de santé public et une part importante des passages aux urgences. Les lésions cranio-cérébrales sont fréquentes et potentiellement graves tant à court terme qu’à long terme, ce qui nous a conduit à évaluer le pronostic et les séquelles à 6 mois des victimes de TC ayant bénéficié d’un scanner cérébral (SC) dans un service d’urgences universitaire et d’en rechercher les facteurs favorisants.

Matériel et méthode : Cette étude prospective monocentrique a inclus 285 patients victimes d’un TC ayant bénéficié d’un SC du 1er/01/2016 au 31/03/2016. Six mois après leur passage aux urgences, ils ont été rappelés afin de rechercher la présence d’au moins un symptôme appartenant au syndrome post-commotionnel. Les associations entre TC et le pronostic fonctionnel ont été évaluées par régression logistique univariée et multivariée. Les variables d’ajustement ont été déterminées par la méthode pas à pas.

Objectif principal : Evaluation du pronostic fonctionnel à 6 mois d’un TC ayant bénéficié d’un SC en urgence.

Objectifs secondaires : Description des caractéristiques de ces patients et analyse des variabilités du pronostic fonctionnel.

Résultats : Sur les 285 patients recrutés (93% de traumatismes crâniens légers TCL), 136 ont pu être recontactés à 6 mois et 46,3% ont déclaré souffrir d’au moins un symptôme, majoritairement asthénie (25,7%), anxiété (17,6%), troubles de la mémoire (17,6%) et de l’humeur (14%). L’analyse multivariée a permis de montrer que le mécanisme du TC tel qu’un accident de la voie publique ou la présence de nausées et/ou vomissement à l’admission en étaient des facteurs favorisants. 16,5% des patients inclus présentaient une lésion au SC et les facteurs favorisants étaient la présence d’une exogénose et de signes de focalisation à l’admission. Aucun lien entre la prise d’anticoagulant et/ou antiagrégant et la présence de lésions au scanner ou de troubles à 6 mois n’a pu être mis en évidence.

Discussion : Les patients symptomatiques à 6 mois représentent près de la moitié des victimes de TC incluses (93% de TCL). La forte proportion de patients de plus de 65 ans nous a conduit à réaliser des analyses par classe d’âge et à tenir compte des troubles cognitifs préexistants.

Conclusion : Une filière spécifique devrait être organisée pour la prise en charge des patients victimes de TCL présentant des facteurs de risque ou des signes de syndrome post-commotionnel.

Tags : traumatisme crânien pronostic tomodensitométrie cérébrale syndrome post-commotionnel