P208 - Transferts héliportés : analyse d'un case-mix

Damien Di Rocco (1), Fabrice Dami (2), Pierre-nicolas Carron (2), Mathieu Pasquier (2), Eric Albrecht (3)

1. Étudiant en médecine, Université de Lausanne (UNIL) / CHUV, Lausanne, Suisse
2. Service des urgences, CHUV (centre hospitalier universitaire vaudois), Lausanne, Suisse
3. Service d'anesthésiologie, CHUV (centre hospitalier universitaire vaudois), Lausanne, Suisse
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Contexte

L’hélicoptère est un moyen de sauvetage fréquemment utilisé, même si la littérature  ne fournit pas toujours de données probantes concernant sa plus-value. Il y a en particulier peu de recherches sur les transferts secondaires (TS) héliportés. Des questions subsistent sur la pertinence de ce mode de transport. L'objectif de cette étude est de décrire les caractéristiques opérationnelles et médicales d’un case-mix de TS par une base héliportée.

Méthode

 Il s'agit d'une étude rétrospective sur les TS héliportés sur 36 mois, du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2015. Les données médicales et opérationnelles ont été examinées. Cela inclus le temps de transport, le temps estimé pour le transport terrestre et le type de soins pratiqués pendant le vol.

 Résultats

 Il y a eu 2194 missions héliportées dont 979 TS (44,6%). La plupart des transferts concernaient des adultes (> 17 ans) (799 patients, 81,6 %). Quarante patients (4,1 %) ont été classés comme ayant bénéficié d'une réanimation ou de mesures de sauvetage en vol, 615 (62,8 %) d'un traitement d'urgence et 324 (33,1 %) d'un simple examen clinique. La distance moyenne par voie aérienne entre les hôpitaux était de 39,1 km (médiane de 35,4 km). La distance moyenne par route était de 56,0 km (médiane 47,7 km). La durée moyenne de vol  entre l’hôpital envoyeur et l’hôpital de destination était de 14 min (médiane 12 min); ; elle était de 43 min (médiane 36 min) par la route .

 Conclusion

Un tiers des patients n'a reçu aucun traitement en vol, d'autres n'ont reçu qu'une perfusion continue, qui en soit a pu motiver l'utilisation de l’hélicoptère. La distance médiane de transport était inférieure à 50 km. Les médecins hospitaliers ignorent surestiment souvent la plus-value de l’hélicoptère. Nous manquons de critères cliniques validés ainsi que de critères locaux liés à la géographie, à l'autonomie des ambulanciers, et à la disponibilité d’une ambulance et d’une médicalisation terrestre pour valider l’utilisation de l’hélicoptère pour les TS et réduire le sur-triage.

 

Tags : Transferts Hélicoptère case-mix triage