CP041 - Suivi des recommandations dans la prise en charge de l'insuffisance cardiaque aiguë aux urgences

Judith Gorlicki (1), Hillary Minka (2), Tahar Chouihed (3), Thibaut Desmettre (4), Anne-laure Feral-pierssens (5), Saïd Laribi (6), Alexandre Mebazaa (7), Yonathan Freund (8)

1. Service d'accueil des Urgences, Hôpital Lariboisière, PARIS CEDEX 10, France
2. DESC MU, Ile de France, Paris, France
3. Service d'accueil des Urgences, CHU Nancy, Nancy, France
4. Urgences/SAMU, CHU Besançon, Besançon, France
5. Service d'accueil des Urgences, HEGP, Paris, France
6. Service d'accueil des Urgences, CHU Tours, Tours, France
7. Anesthésie-Réanimation, Hôpital Lariboisière, Paris, France
8. Service d'accueil des Urgences, Pitié-Salpêtrière, Paris, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction :

La prise en charge de l’insuffisance cardiaque aiguë est guidée par des recommandations européennes et repose sur l’administration d’un vasodilatateur veineux, d’une déplétion par diurétique et sur la recherche et le traitement d’un facteur déclenchant. En préliminaire d’une étude multicentrique interventionnelle sur la prise en charge de l’OAP du sujet âgé aux urgences, nous avons voulu évaluer l’adhérence aux recommandations dans les services d’urgence français.

Méthode :

Dans une étude prospective multicentrique observationnelle dans 8 services d’urgences en France pendant 7 jours en 2017. Nous avons inclus pendant une semaine les patients > 75 ans se présentant avec une insuffisance cardiaque aiguë (définie par l’association de critères cliniques biologiques ou radiologiques). Le critère de jugement principal était la mise en place du traitement recommandé : un dérivé nitré en intraveineux (sauf si pression artérielle systolique < 100mmHg) et un diurétique. Les critères de jugement secondaires étaient la recherche d’un syndrome coronaire aigu (SCA) par dosage de la troponine, le traitement d’un syndrome coronaire aigu avéré par double anti agrégation plaquettaire et/ou coronarographie et un critère composite de respect global des recommandations en termes de traitement et de recherche et prise en charge d’un facteur déclenchant.

 Résultats :

73 patients ont été inclus, 64% de femmes, âge moyen de 86 ans. Le traitement recommandé (dérivé nitré et diurétique) était suivi dans 34% des cas. La troponine était dosée dans 81% des cas. En cas de troponine positive (18 patients), le traitement du SCA n’était réalisé que chez 4 patients (22% des cas). Les recommandations étaient globalement respectées dans 16% des cas.

Discussion :

La mortalité importante de ce syndrome chez les patients âgés (10% à 28 jours) et la faible adhérence aux recommandations soulignent l’intérêt potentiel d’une prise en charge protocolisée. En particulier, le SCA semble rarement traité en urgence chez les patients âgés en insuffisance cardiaque aiguë, alors qu’il en est une des principales causes.

Conclusion :

La prise en charge de l’insuffisance cardiaque aiguë du sujet âgé dans les services d’urgences français semble hétérogène et l’adhérence aux recommandations est très insuffisante.

Tags : insuffisance cardiaque aiguë urgences recommandations