P141 - Revues de morbidité-mortalité, modalités de fonctionnement: une étude observationnelle rétrospective multicentrique.

Margaux Dumont (1), Pierre Hausfater (1), Anne-laure Philippon (1), Hélène Goulet (1), Vanina Valli (1), Marie-caroline Richard (1), Yonathan Freund (1)

1. Service d'accueil des Urgences, La Pitié Salpêtrière, paris, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction

La revue de mortalité et morbidité (RMM) est une analyse collective d’un dossier de patient dont l’évolution a été marquée par un évènement indésirable. C’est un outil reconnu d’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins, et sa pratique est recommandée dans les services d’urgences entre autres. Nous avons souhaité évaluer les modalités de déroulement de ces RMM dans les services d’urgences d’une région.

Méthode

Etude rétrospective multicentrique sur 5 services d’urgences. Le critère de jugement principal était le nombre de RMM effectuées par an par service. Les critères secondaires comprenaient le nombre de cas étudiés par RMM, le nombre de participants, le nombre d’actions correctrices mises en place, ainsi que leur suivi éventuel.

Résultats

Quarante RMM ont été pratiquées sur 3 ans soit une moyenne de 2.7 par service d’urgence et par an. Le nombre médian de cas analysés par RMM était de 1.4. La médiane des moyennes du nombre de participants était de 14.8 (minimum 7.6 maximum 17) par RMM. La médiane du nombre moyen d'actions correctrices par RMM était de 4.4 (minimum 2.3 maximum 7.4). Sur un total de 179 actions correctrices, un suivi était réalisé dans 21% des cas.

Discussion

Ces résultats amènent à discuter la nécessité d'encourager la réalisation plus régulière de RMM ainsi que l'uniformisation de leurs modalités de déroulement, encore trop disparates. Cette variabilité se reflète aussi dans l'existence quasi systématique de propositions d'actions correctrices mais dont le suivi est peu réalisé, ce qui limite notamment une potentielle mutualisation de ces actions.

Conclusion

La réalisation des RMM reste trop peu fréquente dans les services d'urgence analysés, et il existe une grande variabilité dans leurs modalités de déroulement, souvent peu conformes aux recommandations. Des actions correctrices sont quasi systématiquement proposées à l'issue des RMM, mais rarement suivies et réévaluées par la suite.

Tags : Revue de morbi-mortalité urgence qualité