CP144 - Retour d'expérience d'une équipe ECPR préhospitalière

Florian Loosli (1), Vanessa Maulne (1), Youssef Nachet (1), Isabelle Lhomme (1), Christelle Dagron (2), Alice Hutin (1, 3), Pierre Carli (4), Lionel Lamhaut (2)

1. SAMU de Paris, CHU Necker - Enfants Malades, Paris, France
2. SAMU de Paris, CHU Necker Enfants Malades, Université Paris Descartes, Paris, France
3. Inserm U955, Université Paris-Est Créteil, Créteil, France
4. SAMU de PARIS, Hôpital Necker Enfants Malades, Université Paris Descartes, Paris, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction :

L’ECPR, « extracorporeal cardiopulmonary resuscitation » est la 2ème ligne de traitement de l’arrêt cardiaque (AC) réfractaire. L’équipe ECPR du SAMU est composée d’un médecin, d’un infirmier anesthésiste (IADE) et d’un aide soignant. La journée, le médecin est sur place ; la nuit (entre 18h et 8h) et les weekends il est d’astreinte. L’IADE et l’aide soignant sont postés 24h/24 sur d’autres activités et interviennent sur l’équipe ECPR en cas de besoin. Le déclenchement de l’équipe se fait le plus précocement possible, voire au départ des secours (VSAV et UMH). L’équipe ECPR intervient sur son département d’origine ainsi que les départements de la zone de défense n’ayant pas accès à l’ECPR, à la demande des centres de réception et de régulation des appels (CRRA) correspondants. L’annulation de l’équipe ECPR peut venir des équipes en premier sur place, notamment en cas de reprise d’activité cardiaque spontanée (RACS), ou du médecin de l’équipe ECPR en cas d’absence d’indication à l’ECPR.

Matériel et méthodes :

Etude rétrospective monocentrique de juillet et décembre 2017. Nous avons recueilli le nombre de déclenchements l’équipe ECPR, les lieux et horaires d’intervention, les motifs d’annulations et le nombre de patients bénéficiant de l’ECPR.

Résultats :

Sur cette période de 6 mois, l’équipe ECPR a été engagée 152 fois, dont 81 fois (52%) sur la période d’astreinte. 88 interventions ont été réalisées sur le département d’origine de l’équipe ECPR. Les motifs d’annulation étaient les suivants : la RACS (N=46, 30%), l’absence d’indication à l’ECPR (N=46, 30%), l’absence d’ACR (N=11, 7%), inconnu (N=21, 14%). Au total, 28 patients (18%) ont bénéficié de la pose d’une ECPR.  

Discussion :

Au total, 18% des interventions de l’équipe ECPR ont donné lieu à la pose de l’ECPR. La nécessité d’une intervention précoce de l’équipe ECPR justifie l’alerte et le déclenchement précoce, avec un risque élevé d’annulation, notamment pour RACS ou absence d’AC. L’assistant de régulation médicale joue un rôle clé en binôme avec le médecin régulateur dans la coordination des équipes (VSAV, UMH, ECPR, police) et la communication entre les différents intervenants (y compris la réanimation et la coronarographie). Cette procédure nécessite une formation pluridisciplinaire coordonnée.

Conclusion :

Aux vues de l’activité, il semblerait licite d’avoir une équipe ECPR spécifiquement dédiée afin de répondre au mieux aux besoins de la prise en charge des AC réfractaires.

Tags : Arrêt cardiaque réfractaire ECPR organisation des soins