CP101 - Ressenti des urgentistes face à l'accouchement inopiné extra-hospitalier.

Domitille Malengé (1), Grégoire Evrard (1), Cédric Gil-jardiné (1)

1. Urgences, Pellegrin, Bordeaux, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : L’accouchement inopiné extrahospitalier (AIEH) représente 5 naissances pour 1000 avec une moyenne annuelle de 2 accouchements par urgentiste. 

Objectif : Évaluer le ressenti des urgentistes face à cette urgence.

Méthode : Étude descriptive nationale anonyme de janvier à mars 2017 par questionnaire électronique auprès de tous les urgentistes thésés de France. Le ressenti global était évalué à partir d’une Echelle Visuelle Analogique (0: très mauvais ressenti à 100: très bon ressenti) et les facteurs associés au bon ( > 70/100) ou mauvais ressenti ( < 70/100) étaient recherchés.

Résultats : Sur les 1125 réponses (taux d’exhaustivité), le ressenti moyen des urgentistes était de 44.9, IC 95% [43.5-46.4]. Plus de 82% des urgentistes avaient un mauvais ressenti. Les facteurs associés à un bon ressenti étaient: voir plus de 20 d’accouchements comme externe, une formation en salle d’accouchement, un stage en pédiatrie, un stage en réanimation néonatale, disposer de protocoles de service. Un tiers des sondés n’avait jamais réalisé d’AIEH, bien qu’il s’agisse d’un déterminant du bon ressenti ( > 15 AIEH, RC= 4.6 [2.7-8.0]). La pratique sur mannequin, le renfort d’une sage-femme ou d’un pédiatre n’influençaient pas significativement leur aisance.

Conclusion : La majorité des urgentistes interrogés n’était pas à l’aise face à l’AIEH. La mise en place de protocoles est simple et efficace mais l’essentiel serait d’intégrer une formation obligatoire pratique notamment dès le DES.

Tags : Accouchement inopiné extra-hospitalier Médecine d'urgence Ressenti Formation.