P043 - Recherche de facteurs prédictifs précoces de mauvais pronostic des arrêts cardio-respiratoires extrahospitaliers. Etude descriptive rétrospective monocentrique d'un SAMU de France sur l'année 2016

Célia Boutin (1), Eric Tellier (2), Bruno Simmonet (2)

1. Service d'Accueil des Urgences-SMUR, Centre Hospitalier Robert Boulin, Libourne, France
2. SAMU-SMUR, Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux hopital Pellegrin, Bordeaux, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : L’arrêt Cardio-Respiratoire (ACR) est un évènement majoritairement extrahospitalier dont le pronostic de survie est très faible. Il existe de nombreux facteurs influençant la survie d’un patient victime d’un ACR étudiés dans l’ensemble de la littérature. L’objectif principal de l’étude était de définir des facteurs prédictifs précoces de mortalité dans l’ACR extrahospitalier lors de l’alerte initiale.

Matériels et méthodes : Cette étude monocentrique rétrospective descriptive a été réalisée à partir des données du registre des arrêts cardiaques (RéAC). La population de l’étude comportait de manière exhaustive l’ensemble des patients de plus de 18 ans victimes d’ACR pris en charge par les équipes du SMUR d’une ville française sur l’année 2016. Cela représentait 633 patients. Nous avons comparé les patients survivants à J30 aux autres puis nous avons identifié les facteurs prédictifs de mortalité par régressions univariées puis multivariées sur les variables d’intérêts.

Résultats : Aucun des patients victimes d’ACR en l’absence de témoin n’a survécu. Il existait une diminution significative (p < 0,001) de la survie en fonction de l’augmentation de l’âge du patient (13,86% des moins de 60 ans survivent à J30, 8,14% entre 61 et 75 ans, 0,77% des plus de 75 ans). Les plus de 75 ans avaient une chance de survie très faible (OR= 10,65 [4,4-29]). Le début d’une Réanimation Cardio-Pulmonaire (RCP) par un témoin était un facteur prédictif positif (OR=0,46 [0,2-0,97]) mais lors de l’analyse multivariée du groupe ACR avec témoin, il n’était plus significatif. La présence d’un rythme choquable était également un facteur prédictif positif (OR=0,07 [0,03-0,15]).

Discussion : Les données de l’étude étaient comparables avec ceux de la littérature. L’étude a permis de mettre en évidence une valeur prédictive positive de 100% pour le facteur absence de témoin, ce qui n’etait retrouvé que dans une étude canadienne. Ces résultats posent avant tout des problèmes éthiques qui devront être pris en compte lors de la prise en charge de tout patient.

Conclusion : Cette étude a permis de constater qu’il existait des facteurs précoces influençant de façon importante la survie des patients victime d’ACR pouvant être recueillis dès l’appel initial. La présence de témoin aux côtés de la victime semble être l’élément clé de la survie avec le début d’une RCP par un témoin et de l’âge.

Tags : arrêt cardio-respiratoire extrahospitalier présence de témoin âge rythme choquable