P185 - Recherche de critères spécifiques du syndrome coronarien aigu par l'évaluation de leur régulation médicale au SAMU.

Hadrien Friedel (1), Melvin Audry (1), Pierre-yves Dupont (1), Zacharie Vacheresse (1), Karim Boudenia (1), Laurent Boidron (2)

1. CRUU, CHU Dijon Bourgogne, Dijon, France
2. SAU, CH Beaune, Beaune, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : La douleur thoracique non traumatique, dont le syndrome coronarien aigu (SCA) est la plus fréquente de ses formes graves, est un motif de recours très fréquent en régulation médicale. L’objectif principal est de rechercher des critères plus prédictifs, rendant la détection du SCA en régulation médicale plus spécifique. Les objectifs secondaires sont d’étudier l’épidémiologie des patients appelant au centre 15 du SAMU pour douleur thoracique non traumatique, d’étudier les critères recherchés par les médecins régulateurs et d’évaluer l’impact de l’expérience dans la régulation médicale.

Méthode : Tous les appels au centre 15 du SAMU, du 1er août au 14 août 2015 pour douleur thoracique non traumatique, dont la prise en charge relevait du CHU ont été analysés. Les critères recherchés en régulation pour caractériser le patient et sa douleur ainsi que le moyen envoyé ont été recueillis par réécoute des bandes d’enregistrement. Une analyse de variance multivariée a été réalisée.

Résultats : 72 dossiers ont été analysés. 55% étaient des hommes âgés de 58,0 ±21,7 ans et 45% des femmes âgées de 58,6 ±21,8 ans. 66,7% des patients avaient au moins 2 critères de douleur thoracique typique. L’origine ischémique cardiaque était retrouvée chez 14% des patients dont 90% étaient pris en charge par une unité mobile hospitalière. Le SCA était significativement lié aux associations de critères « homme, heure de début précise et douleur typique » (F(1,70) = 5.37, p  < .05, η² = .07) et « douleur inférieure à 30 minutes, critères de gravité et symptômes différentiels » (F(1,70) = 5.26, p  < .05, η² = .07). Les symptômes différentiels étaient significativement liés aux diagnostics et aux moyens engagés (F(1,70) = 17.07, p  < .001, η² = .24).

Discussion : La douleur thoracique typique prise de façon isolée, tout comme les signes de gravité ne sont pas assez spécifique du SCA en régulation médicale. L’association de certains critères entre eux augmente la puissance du lien avec les différents diagnostics. Les symptômes différentiels, qui sont les moins recherchés, orientent significativement vers certains diagnostics.

Conclusion : Il existe une variabilité interindividuelle des critères recherchés. Les associations de critères permettant d’exclure significativement le diagnostic de SCA ne sont pas assez spécifiques. Les symptômes différentiels doivent être plus souvent recherchés : ils orientent le diagnostic et conditionnent les moyens envoyés.

Tags : Douleur thoracique non traumatique Régulation médicale Syndrome coronarien aigu SAMU Expertise médicale