CP075 - Réadmissions précoces aux urgences chez les plus de 75 ans : épidémiologie et facteurs de risque.

Delphine Carniello (1), Géraldine Delalande (2), Aurélie Riviere (1), Cécile Ferrigno (1), Alexandre Chagvardieff (1), Sarah Assal (1), Antoine Roch (1), Nicolas Persico (1)

1. Services d'Accueil des Urgences Adultes, APHM, Hôpital Nord, Marseille, France
2. Equipe Mobile de Gériatrie, APHM, Hôpital Nord, Marseille, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


INTRODUCTION : Les services d’urgences sont confrontés à un afflux croissant de personnes âgées. L’objectif de cette étude est de rechercher des facteurs de risque de réadmissions précoces aux urgences après un retour à domicile chez des patients âgés de plus de 75 ans.

MATERIEL ET METHODE : Etude de cohorte épidémiologique comparative rétrospective multicentrique dans les services d’urgences adultes de 2 CHU du 1er janvier au 31 décembre 2016. Deux groupes de patients de plus de 75 ans ont été inclus : un groupe à admission unique et un groupe de réadmission dans les 28 jours. Les deux groupes ont été comparés sur des facteurs intrinsèques au patient (âge, sexe, lieu et mode de vie) et extrinsèques, relatifs à l’admission aux urgences : horaire, durée, motif de recours, diagnostic final, reconvocation ou non, recours aux urgences motivé par un médecin généraliste ou le centre 15, moyen de transport, avis spécialisé aux urgences, consultation par une équipe mobile de gériatrie, nombre d’actes techniques médicaux réalisés et nombre d’actes paramédicaux.

RESULTATS : 3958 patients ont été inclus dans le groupe admission unique et 841 réadmissions précoces ont été recensées. Les réadmissions précoces concernaient majoritairement des femmes (57% VS 43%; p<0.001). En analyse multivariée les facteurs de risque étaient un mode de vie à domicile (OR 70.39, IC 95% 6.51-761.19) et en campagne (OR 2963.47, IC95% 690.08-12726.33), une prise en charge en horaire de permanence de soins (OR 976.43, IC 95% 128.24-7434.60) et le recours à un avis spécialisé aux urgences (OR 544.08, IC 95% 209.62-1412.19). Les facteurs protecteurs étaient la réalisation d’une suture (OR 0.29, IC 95 % 0.08-0.97), un motif de recours traumatologique (OR 0.35, IC95 % 0.16-0.74) et la venue aux urgences par ses propres moyens (OR 0.39, IC 95% 0.22-0.69).

DISCUSSION : Une prise en charge nocturne et le week-end sont des facteurs de risque de réadmission déjà observés dans d’autres études. Les patients isolés et ceux dont les pathologies sont complexes nécessitant des avis spécialisés sont des patients à risque de réadmission.

CONCLUSION : Les facteurs de risque mis en évidence pourraient constituer des alertes via une grille utilisable au quotidien dans les services d’urgences. Un retour à domicile nocturne reste à éviter. L’intervention d’une équipe mobile de gériatrie aux urgences et la reconvocation en hôpital de jour sont des axes d’amélioration pouvant prévenir une réadmission précoce.

Tags : urgences réadmission gériatrie