P254 - RADIOA : Évaluation d'une file rapide de traumatologie par prescriptions anticipées de radiographies dès l'accueil des urgences, pour les traumatismes de membres

Pierre Colombo (1), Benoit Canac (1), Jacques Levraut (1)

1. Département Hospitalo Universitaire de Médecine d'Urgence, CHU de Nice, Nice, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : La durée de passage (DP) d’un patient admis aux urgences dépend de nombreux paramètres : rapidité d’exécution des taches individuelles, organisation globale du service, qualité de l’aval…Ces paramètres sont indépendants mais leur dysfonctionnement peut perturber le processus de soin et allonger la DP entrainant une saturation connue pour être un facteur indépendant de morbidité des patients admis aux urgences. La littérature propose la création de « fast track » comme moyen pour lutter contre ce phénomène, en particulier dans les circuits courts. L’objectif était d’évaluer l’impact sur la DP d’une prescription anticipée de radiographie chez les patients monotraumatisés par l’infirmière d’accueil.

 

Méthode : Etude interventionnelle prospective monocentrique type « avant-après » réalisée au sein des urgences adultes d’un CHU. Un protocole de coopération médecin-infirmier a été établi après formation de l’ensemble des infirmiers d’accueil à l’examen et à la prescription de radiographies pour les monotraumatismes périphériques isolés. Sous la supervision du médecin d’accueil, l’infirmier prescrivait les radiographies et le patient était directement conduit en zone de radiographie, avant de retourner en zone de traumatologie pour examen médical et soins. Le critère de jugement principal était l’amélioration du taux de patients dont la DP était inférieure à 90 minutes.

 

Résultats : 123 patients ont bénéficié du protocole sur 60 jours en 2017. Le groupe contrôle était composé de 1060 patients admis pour le même motif sur la même période en 2016. En analyse multivariée, le fait d’appartenir au groupe protocole était un facteur favorisant une DP < 90 min (OR 1.85, IC95 1.24-2.77, p=0.0028). 

 

Discussion : Les patients admis dans le protocole restaient significativement moins longtemps aux urgences que ceux du circuit classique, et ce indépendamment d’autres facteurs reconnus pour allonger la durée de passage (Age, impotence fonctionnelle, aval…). L’infirmière d’accueil est un maillon majeur des services d’urgence et les protocoles de coopération entre professionnels de santé, rendus possibles par la loi HPST de 2009, sont des solutions novatrices pouvant améliorer par délégations de taches le fonctionnement de nos services et limiter le phénomène de saturation.

 

Conclusion : La création d’une file rapide de traumatologie par l’intermédiaire d’un protocole de coopération améliore les durées de passages des patients qui peuvent en bénéficier. 

Tags : Traumatologie périphérique Files rapides Accueil et orientation