CP091 - Quels patients atteints d'un syndrome coronarien aigu ST+ vont encore voir leur médecin en première intention?

Jean-baptiste Coustere (1), Marie-françoise Lala (2), Mathieu Daniel (2), Charles-henri Roth (3), Emilie Lesaine (2), Marina Carrier (3), Vincent Groult (4), Pierre Chanseau (5)

1. pôle SAMU-SMUR-Urgences, CH PAU, PAU, France
2. ISPED, Institut de Santé Publique, d'Epidémiologie et de Développement, Université de Bordeaux, Bordeaux, France
3. Pôle Urgences/SAMU/SMUR - CH Pau, Centre Hospitalier de Pau, Pau, France
4. Urgence/SMUR, CH PAU, PAU, France
5. pôle SAMU-SMUR-Urgences, CH Pau, Pau, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : L’appel rapide au centre 15 est un élément pronostique majeur du syndrome coronarien aigu (SCA) ST+. Cependant, certains patients s'orientent en première intention vers un médecin libéral de premier recours. L'objectif de ce travail est d’analyser les facteurs associés à l’appel au centre 15 en première intention par les patients victimes d’un SCA ST+ pris en charge par les SMUR primaires d’une région.


Méthode : Cette étude transversale s’intéresse aux SCA ST+ de moins de 24h, pris en charge par 19 SMUR primaires, en utilisant les données d’un registre prospectif, exhaustif, régional et des bases SAMU. Les données socio-démographiques, spatiales (ruralité du lieu d’intervention, selon INSEE), temporelles (appel en horaire de garde : 20h-8h, week-end et jours fériés) et cliniques ont été utilisées pour l’analyse des facteurs associés à l’appel au 15 en première intention par le patient (ou un tiers). Les variables associées de façon significative au seuil de 0,2 dans le modèle de régression logistique univarié ont été intégrées au modèle multivarié. Le modèle final a sélectionné les variables significatives au seuil de 0,05. Le test de Mann-Whitney a été utilisé pour comparer la distribution des délais.


Résultats : De 2012 à 2016, 2822 dossiers ont été analysés. 2084 patients (74%) ont appelé le 15 en première intention. Le délai médian douleur/appel était de 39 min en cas d'appel au 15 en première intention par le patient versus 116 min par le médecin (p < 0,0001). En analyse multivariée, le sexe féminin (p=0,007), le diabète (p=0,021), l’absence de coronaropathie connue (p < 0,0001), l’absence de symptomatologie typique (p < 0,0001) et la ruralité (p=0,001) étaient associés au recours à un médecin libéral en première intention. En revanche, le tabagisme (p=0,005) et l’appel en horaire de garde (p < 0,0001) étaient associés à l’appel au 15 par le patient. Les antécédents familiaux de coronaropathie, personnels de dyslipidémie ou d'HTA ainsi qu'un score Killip > 2 n’étaient pas statistiquement associés à un groupe. L’âge > 75 ans était associé au recours à un médecin libéral uniquement en analyse univariée.


Conclusion : Cette étude permet d’identifier les facteurs retardant l’inclusion des patients dans la filière SCA ST+. L'originalité de ce travail est, outre le sexe et le diabète, l'identification de la ruralité comme élément associé à un délai de contact au centre 15 allongé et pourrait donc faire l’objet de campagnes de prévention ciblées.

Tags : Centre 15 syndrome coronarien aigu délai