P106 - Qualité de vie au travail chez les professionnels des services d'urgences : enquête multicentrique

Audrey Moukarzel (1), Pierre Michelet (1), Stéphanie Gentile (2), Anne-claire Durand (2), Catherine Bompard (3)

1. Service d'accueil des urgences, Hopital de la Timone, Marseille, France
2. Santé Publique, Hopital de la Conception, Marseille, France
3. Service d'accueil des urgences, Hopital de la Timone, marseillle, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


INTRODUCTION: Le Service d’Accueil des Urgences est un lieu de travail particulièrement stressant qui constitue un terrain favorable au développement du syndrome d'epuisement professionnel. Les études dans la littérature ne s’intéressent qu’à une seule catégorie de soignants. L’objectif de la nôtre est une évaluation multicentrique de la prévalence du stress au travail, du « burnout » et de la qualité de vie toute catégorie professionnelle confondue.

MÉTHODE: Enquête transversale descriptive menée dans 3 services d’urgences de septembre à novembre 2016. Les données ont été recueillies via un questionnaire standardisé. Trois outils scientifiquement validés ont été utilisés pour l’évaluation du stress au travail, du burnout et de la qualité de vie : le questionnaire de Karasek, le Maslach Burnout Inventory et le SF-12.

RÉSULTATS: Sur les 529 professionnels éligibles, 379 réponses ont été enregistrées soit un taux de participation de 71,6%. La population était en majorité féminine (74%) avec une moyenne d’âge de 37,5 ans ± 10. La prévalence du burnout était de 7,4% et touchait principalement les médecins (p < 0,02). Près d’un quart des participants (21,6%) sont toutefois à très haut risque de burnout. 30,1% des professionnels avaient un profil « tendu au travail » (« jobstrain ») et tout particulièrement la catégorie administrative et technique. Les médecins affichaient une plus forte demande psychologique que les deux autres catégories (p < 0,02). Les scores moyens de qualité de vie physique (48,2 ± 6) et mentale (39,6 ± 9,9) de nos professionnels s’avéraient significativement moins bons que ceux de la population générale française.

DISCUSSION: Cette enquête a le bénéfice d’être multicentrique et de concerner tous les professionnels d’un service d’urgence. Elle permet notamment l’évaluation de trois paramètres majeurs de la qualité de vie au travail et la prévention des risques psychosociaux. Bien qu’inférieurs à ceux de la littérature de l’urgence, nos résultats montrent une souffrance psychique non négligeable dans une population majoritairement marquée par la perte de l’estime de soi et du sentiment d’auto-efficacité.

CONCLUSION:. Si certains facteurs sont spécifiques aux métiers de l’urgences d’autres sont liés aux conditions de travail qu’il serait intéressant d’explorer dans une autre étude afin de repérer les pistes d’actions sur lesquelles agir pour améliorer la qualité de vie au travail des professionnels de l’urgence.

Tags : Qualité de vie au travail urgences stress burnout syndrome d'épuisement professionnel