P109 - Profil du personnel atteint du syndrome de l'épuisement professionnel

Narjess Ben Mbarek (1), Fatma Hebaieb (1), Raja Fadhel (1), Moez Kaddour (1), Khouloud Mekki (1), Khaled Saidi (1), Fatma Safi (1), Imène Talik (1)

1. Emergency and intensive care department , Regional hospital of Zaghouan, Zaghouan, Tunisie
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : Le syndrome de l’épuisement professionnel ( Burn-out) résulte d’une implication intense avec les autres et se manifeste par un épuisement émotionnel, une dépersonnalisation des patients et un sentiment d’accomplissement professionnel réduit. Les professionnels gérants les situations aiguës et graves sont particulièrement exposés. L’objectif de ce travail était de déterminer le profil du personnel atteint de ce syndrome et d’évaluer sa prévalence au service d’urgence comparativement aux autres services.

Patients et Méthodes : Etude prospective, inclusion du personnel soignant acceptant de faire partie de l’enquête. Chaque participant doit répondre à un questionnaire comportant les caractéristiques sociodémographiques, les circonstances de travail ( service, nombre d’heure de travail/semaine, nombre de garde/mois) et les 22 items du Malach Burnout Inventory.

 Résultats : N questionnaires étaient distribués et 79 étaient recueillis et analysés. Le taux général de participation était de n%. Le burnout était diagnostiqué chez 58.2% de notre population avec 26.6% de l’échantillon était sévèrement touché : 42% avec un niveau d’épuisement émotionnel élevé, 43% avec un niveau élevé de dépersonnalisation et 39% avec un niveau d’accomplissement personnel bas. L’âge moyen= 33+/-9 ans, H/F=0.46 et 56 % de la population était mariée. Sur le plan professionnel : 47% ont choisit le service et 72% exerçait depuis < 10 ans. La moyenne d’heure de travail/semaine était de 41 heures. Le rythme des gardes était de 2 gardes/semaine dans 27%. Parmi les facteurs sociodémographiques, le sexe masculin était corrélé au burnout et le sexe féminin était associé au score d’accomplissement professionnel le plus bas (p=0.03). Le mariage représentait un facteur prédictif de burnout et 23% des mariés présentaient  un score sévère. Le service de chirurgie générale avait les scores de l’épuisement émotionnel et de la dépersonnalisation les plus élevés (73% et 64%) suivi par le service des urgences (56% et 60%) ; tandis que le score de l’accomplissement professionnel était le plus bas dans le service de pédiatrie (14%) suivi par le service des urgences (24%).

Conclusion : Le personnel soignant du service d’urgence est susceptible de développer un burn-out. Les sujets de sexe masculin et les mariés sont à plus haut risque. La prévention du syndrome d’épuisement professionnel s’avère indispensable et peut s’organiser sur plusieurs plans : individuel, collectif et organisationnel.