CP079 - Prise en charge pré-hospitalière du syndrome coronarien aigu avec sus-décalage du segment ST (SCA ST+) chez les sujets âgés

Marie-françoise Lala (1), Mathieu Daniel (2), Florence Saillour-glenisson (3), Emilie Lesaine (2), Floriane Sevin (2), Corinne Perez (2), Nathalie Goulois (4), Catherine Pradeau (4)

1. Santé Publique, CHU Bordeaux, BORDEAUX, France
2. CIC-EC7, CHU Bordeaux, BORDEAUX, France
3. Service d'Information Médicale, CHU Bordeaux, BORDEAUX, France
4. SAMU33, CHU Bordeaux, BORDEAUX, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : Les recommandations de pratiques de prise en charge du SCA ST+ sont établies à partir d’études excluant la population âgée de 75 ans et plus. Face au manque de données de la littérature, l’objectif de cette étude est de décrire l’évolution entre 2012 et 2016 de la prise en charge pré-hospitalière effective en SMUR primaire des patients SCA ST+ de plus de 75 ans d'une région française.

Méthode : Les données utilisées proviennent d’un registre régional prospectif exhaustif de la prise en charge pré-hospitalière des SCA ST+. Trois indicateurs ont été sélectionnés : le taux de décision de revascularisation, le taux de décision d'angioplastie, et le taux de trithérapie (2 antiagrégants et 1 anticoagulant). Ils représentent respectivement parmi les patients SCA ST+ de plus de 75 ans pris en charge par SMUR primaire, la part de ceux pour qui les urgentistes ont décidé une revascularisation, ont décidé une angioplastie, et à qui ils ont administré une trithérapie (hors contre-indication et refus). Des modèles de régression logistique univariés ont été réalisés pour analyser l'évolution des pratiques entre 2012 et 2016.

Résultats : Les patients de plus de 75 ans représentaient 24,4% des patients SCA ST+ pris en charge par SMUR primaire entre 2012 et 2016. On observe sur ces cinq années une stabilité des taux de prise en charge pour les trois indicateurs : les taux de décisions de revascularisation et d’angioplastie variaient entre 91% et 95%, et le taux de trithérapie oscillait entre 65% et 74%. Aucune association n'a pu être mise en évidence (seuil 0,05) entre la décision de revascularisation (p=0,255), la décision d'angioplastie (p=0,459), l'administration de trithérapie (p=0,397), et l'année de prise en charge.

Discussion et Conclusion : Les résultats observés entre 2012 et 2016 sur une population régionale de patients SCA ST+ de plus de 75 ans suggèrent de façon stable un taux de trithérapie inférieur au taux de décision de revascularisation par angioplastie. Nous avons alors regardé les taux de ces indicateurs dans la population générale sur la même période. Le même phénomène étant observé tous âges confondus, ce résultat ne serait donc pas le fait d’un âgisme de la part des soignants. Il serait alors intéressant de l’étudier ultérieurement dans l’ensemble de la population des SCA ST+, les recommandations préconisant pourtant l’introduction systématique d’une trithérapie lors de la décision de revascularisation.

Tags : SCA ST+ sujet âgé antiagrégants anticoagulant revascularisation angioplastie