P072 - Prise en charge et pronostic des pneumopathies aigues communautaires aux urgences

Ines Chermiti (1), Ramla Baccouche (2), Anware Yahmadi (1), Manel Kallel (1), Mahbouba Chkir (1), Monia Ngach (1), Sami Souissi (1)

1. Service des urgences/SMUR, Hôpital régional de Ben Arous - Tunisie, Ben Arous, Tunisie
2. Emergency department, Regional Hospital of Ben Arous, Ben Arous, Tunisie
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction :

Les pneumopathies aigues communautaires (PAC) constituent une pathologie fréquente aux urgences. La difficulté réside dans l’évaluation de la gravité et du choix du type de  prise en charge. Une meilleure connaissance du profil des patients peut guider ce choix. L’objectif de notre étude était de décrire le profil épidémio-clinique des patients présentant une PAC aux urgences.

Méthodes :          

Étude prospective descriptive sur une année. Inclusion des patients adultes répondants aux critères diagnostiques anamnestiques, cliniques et radiologiques de PAC. Les patients présentant une détresse vitale à l’admission n’ont pas été inclus. Recueil des données démographiques, cliniques et thérapeutiques. Calcul des scores de Fine et CRB 65. Suivi des patients sur trois mois.

Résultats :

Inclusion de 282 patients. Age moyen= 66 ans ± 17.  Age≥65 ans : n=168(60%). Prédominance masculine (sex-ratio =1,2). Comorbidités n(%) : hypertension 130(46), diabète 86(30), bronchopneumopathie chronique obstructive 52(18), insuffisance rénale chronique 23(8). Un patient sur cinq avait au moins trois comorbidités. Treize patients (5%) avaient un antécédent de PAC. Début brutal : 25% (n=70). Motifs de consultation : toux 152(54), dyspnée 130(46), expectorations purulentes 118(42), fièvre 112(40), douleur thoracique 62(22), signes digestifs 40(14), altération de l’état général 35(12). Scores n(%) : FINE≥71 179(63) et CRB65≥1 220(76). Hospitalisation de 44% des patients. Traitement n(%) : monothérapie 228(81), bithérapie 54(19), recours aux drogues vasoactives 5(2). Mortalité n(%) : intra hospitalière 8(3) et trois mois 54(19). Profil des patients décédés à trois mois : traitement ambulatoire 9(16) vs hospitalisation 11(20) (p=0,6).

Conclusions :

Des scores de sévérité ont été élaborés pour faciliter l’orientation des patients présentant une PAC à partir des urgences. L’élaboration d’un score spécifique à notre population incluant le jugement clinique de l’urgentiste pourrait être intégré à un algorithme de prise en charge des PAC aux urgences.

 

Tags : Pneumopathie traitement mortalité