P140 - Prise en charge des patients de la filière courte à l'unité d'accueil-Triage et Orientation : Aide ou conflit d'intérêt ?

Mounir Hagui (1), Olfa Djebbi (1), Mehdi Ben Lassoued (1), Khaled Lamine (1)

1. SAU, Hôpital Militaire Principal d'Instruction de Tunis , Tunis, Tunisie
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : les patients se présentant aux urgences pour des motifs non ou moins urgent (catégories P4 et P5 sur l’échelle canadienne de triage) constituent jusqu’à la moitié du nombre des consultants aux urgences. Le circuit court dédié à ce type de patient se retrouve encombré avec délais d’attente augmentée par conséquence alors que ce circuit à été crée initialement pour désengorger les services d’accueil des urgences. De plus en plus, le médecin d’accueil et d’orientation (MAO) se retrouve obligé de prendre en charge et décharger des patient dés l’accueil. Quel avantage pour cette pratique ?

Objectif : évaluer les répercussions de la prise ne charge des patients dés l’accueil au lieu de les orienter en circuit court.

Matériel et Méthode : Etude prospective, observationnelle sur un mois. Sont inclus tous les patients vus et déchargés par le MAO à l’unité d’accueil et d‘orientation. Les données ont été recueillies sur un CRF préétablie. Ont été évalué les indices de performance suivants : proportion de patients pris en charge dés l’accueil, les examens complémentaires demandés, délai de prise en charge et taux de reconsultation dans les 72h.

Résultats : l’étude à permis de constater que 25% des patients du circuit court ont été vu et pris en charge dés l’accueil, il s’agit essentiellement de la traumatologie bénigne et des infections oropharyngées. Une radiographie osteo-articulaire était l’examen complémentaire le plus demandé (60%). Le délai moyen de prise en charge de ces patients était de 17min ± 6, aucun patient n’a reconsulter dans les 72h.

Discussion : la prise ne charge des patients non ou moins urgents dés le triage à permit une nette amélioration des indices de performances et de qualité du service d’accueil des urgences et du circuit court en particulier. Or ce procédé représente une charge supplémentaire de travail pour le MAO obligé d’être en permanence présent à l’accueil. Vus les avantages constatées, il est possible de restructurer l’organisation de la prise ne charge des patients aux urgences : les patients non et moins urgents vus dés l’accueil par un MAO moyennant la logistique et le personnel adapté. Le circuit court sera réservé aux patients urgence traumatologie niveau P3 sur l’échelle canadienne de triage.

Conclusion : Des études supplémentaires sur la réorganisation du circuit court au sein des urgences sont nécessaires pour évaluer l’intérêt de la prise en charge immédiate des patients non ou moins urgents des l’accueil.

Tags : circuit court triage orientation urgences