P160 - Prise en charge des patients admis pour surdosage en anti-vitamine K aux urgences

Ines Chermiti (1), Bassem Chatbri (1), Hela Ben Turkia (2), Hanène Ghazali (1), Saoussen Chiboub (1), Najla El Hani (1), Sami Souissi (1)

1. Service des urgences/SMUR, Hôpital régional de Ben Arous - Tunisie, Ben Arous, Tunisie
2. Service des urgences/SMUR, Hopital Régional de Ben Arous Tunisie, Ben Arous, Tunisie
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction :                                                                           

Les anti-vitamines K (AVK) sont les anticoagulants oraux les plus prescrits. Le surdosage en AVK peut être asymptomatique ou responsable de complications hémorragiques graves. Les recommandations internationales de la prise en charge d’une telle situation sont bien définies. L’objectif de notre étude était d’étudier le pronostic des patients admis aux urgences pour surdosage en AVK.

Méthodes :

Etude prospective observationnelle sur 3 ans. Inclusion des patients adultes admis aux urgences pour surdosage en AVK. Recueil des caractéristiques anamnestiques, cliniques, biologiques et thérapeutiques.

Résultats :

Inclusion de 123 patients. Age moyen 66+/-11 ans. Sex-ratio = 1. Indications des AVK n(%) : fibrillation auriculaire 76(62), remplacement valvulaire 24(19), embolie pulmonaire 5(4), thrombose veineuse profonde 4(3). Comorbidités n(%) : hypertension artérielle 68(55), diabète 48(39), insuffisance cardiaque 9(7), insuffisance rénale 9(6), accident vasculaire cérébrale ischémique 11(9). Cinq patients (4%) avaient un antécédent d’un surdosage en AVK compliqué d’une hémorragie grave. Motif de consultation n(%) : saignement extériorisé 33(26), ecchymose 8(6), signes neurologiques 5(4), bilan de contrôle 47(38). 8% des patients avaient une instabilité hémodynamique. L’INR était hors plage de mesure dans 21% des cas (n=26). Cause du surdosage en AVK n(%) : interactions médicamenteuses 15(12), surveillance biologique inadéquate 35(28), erreur de prise médicamenteuse 22(18), changement récent des doses 17(14). La vitamine K a été administrée chez 87 patients (70%) et renouvelée chez 30% d’entre eux. Quatre patients ont reçu du PPSB. Deux patients ont nécessité une transfusion sanguine avec recours aux drogues vasoactives. Seulement 24 patients (19%) ont quitté les urgences avant 6 heures. Les AVK ont été arrêtés définitivement chez 14 patients (11%).

Conclusion :

Le surdosage en AVK est une situation fréquente aux urgences. Dans la majorité des cas des doses répétitives de vitamine K ou de PPSB étaient nécessaires.

Tags : surdosage anti-vitamines K