P215 - Présentation d'une fiche médicale de l'avant

Elodie Truchot (1), Sarah Bill (2), Marine Gazzola (2), Fréderic Magnin (3), Guillaume Deschanel (4)

1. SAMU, CHMS, Chambéry, France
2. SSSM, SDIS 73, Chambéry, France
3. SDIS 73, SDIS 73, chambéry, France
4. SAMU/SMUR/SAU, CHMS, chambéry, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : Le contexte récent d’attentat mais surtout malheureusement la menace terroriste qui va perdurer, nous pousse à revoir nos supports de transmission d’information.  Il existe au niveau d’une même zone 5 fiches médicales de l’avant (FMA). Les SAMU et les hôpitaux de la zone peuvent être amenés à travailler conjointement en cas de situation sanitaire exceptionnelle (SSE). Une harmonisation de la FMA permettrait de parler d’une voix commune en cas de catastrophe. Le modèle de FMA crée est-il un outil de transmission d’information ?

Matériel et méthode : Une FMA a été élaborée au niveau du département en partenariat SAMU/SDIS avec des médecins, des IDE, le groupement opération et des formateurs secouristes. Le postulat devait être une fiche unique à usage quotidien/SSE et intra/extrahospitalier. Cette FMA a été testé lors d’un exercice préfectoral de tuerie de masse. Nous avons étudié le remplissage à posteriori de la FMA et évalué la satisfaction des utilisateurs par l’intermédiaire d’un questionnaire.

Résultats : Sur 210 plastrons, 158 FMA ont pu être collectés et analysés. 100% des fiches contenaient l’étiquette avec le numéro sinus. Le mémo du tri START a été utilisé dans 87,4%. Le tri secouriste était rempli dans 42% soit 67 fiches. Dans 6 fiches la gravité n’a pu être établie à postériori. Selon les FMA, les blessés représentaient 42 % des plastrons. Parmi ces victimes, 68% avaient eu un tri médical noté sur la FMA. La figure centrale présentait les lésions dans 94%. 16% des FMA contenaient les circonstances des lésions dont 36% des blessés. Le conditionnement et l’évacuation étaient noté dans moins de 21%. La FMA a été utilisée à 64% par les pompiers au point de regroupement des victimes. Elle était adaptée au contexte pour 86%. Les utilisateurs ont rapportés des difficultés matérielles pour écrire sur la FMA et le manque d’une case pour remplir le garrot.

Discussion : Les secouristes sont les premiers utilisateurs de la FMA. L’utilisation quotidienne de la fiche permet une appropriation et une efficience en SSE. La figure centrale semble rapide et facile à remplir avec un tri médical en un regard. La FMA a été utilisée spontanément en intra hospitalier aussi bien pour l’accueil des fuyards que la poursuite des soins. L’usage doit être étendu à tous les acteurs en SSE.

Conclusion : Une FMA commune synthétique lisible est un bon support de transmission d’information. Nous poursuivons la correction de la fiche pour coller au besoin du terrain