P061 - Premiers résultats en France de la défibrillation par le grand public et influence sur la survie

Florence Bergues (1), Adrien Drouet (1), Marion Lume (2), Gilles Desormais (3), Pierre Yves Gueugniaud (4), Eric Bonnefoy (4), Francois Xavier Ageron (1), Dominique Savary (1)

1. SAMU 74 - CENTRE 15, CH Annecy genevois, annecy, France 2. SAMU 74 - CENTRE 15, CH Annecy, Pringy, annecy, France 3. SAMU 74 - CENTRE 15, Centre hospitalier ANNECY-GENEVOIS, annecy, France 4. SAMU 69, CHU de Lyon, lyon, France

Diffusion le 06/12/2015

/medias/images/design/icos/eposters.png


Attention

Ce média est disponible uniquement si vous êtes connecté.
Il est par ailleurs diffusé dans les conditions du direct.
C'est-à-dire qu'il ne vous est permis de le consulter qu'une seule fois, sans possibilité d'interagir avec lui (arrêter, relancer, avancer ou reculer).

Pour le consulter, merci de vous connecter.

Introduction Evaluer les effets de la mise en œuvre des défibrillateurs entièrement automatiques (DEA) accessibles au grand public sur la survie des patients en arrêt cardiaque (AC).

Matériel et méthode : Les AC extra hospitaliers survenus sur 3 départements français  sont renseignés par un registre des arrêts cardiaques mis en place le 1er janvier 2004. Nous avons étudié les AC survenus entre le premier janvier 2008 (date d’arrivée des premiers DEA) et le 31 décembre 2010 selon le style d’Utstein et évalué la survie des AC qui ont bénéficié de la mise en œuvre d’un DEA par un témoin.

Tous les tests statistiques ont été réalisés en bilatérale, sur des variables qualitatives binaires, au risque α=0.05. Quand les effectifs le permettaient, les liens entre ces deux variables ont été testés par des Khi-deux de Pearson. Pour les petits effectifs (effectifs théoriques < 5), des tests exactes de Fischer ont été utilisés.

Résultats :Fin 2010, 190 DEA étaient présents sur ces 3 départements. Entre 2008 et 2010, le registre des arrêts cardiaques a enregistré 5574 évènements. Parmi ces évènements 3249 sont survenus avant l’arrivée des secours et ont bénéficié d’une réanimation spécialisée. Un DEA a été utilisé dans 24 cas et le taux de survie des patients qui ont bénéficié de ce dispositif (25 % de survivants à la sortie de l’hôpital) est nettement supérieur à celui du reste de notre cohorte. Ce sont les patients en fibrillation ventriculaire qui bénéficient le plus de ces dispositifs.

Conclusion : Notre étude a évalué les effets de la mise en oeuvre des DEA sur la survie des patients en AC extra hospitalier.                                                        Nous pouvons conclure que la survie des patients en arrêt cardiaque est améliorée par l'utilisation des DEA.                                                                                   Ces résulats nous encouragent à promouvoir la diffusion des DEA et à proposer une organisation efficiente de l'implantation de ces dispositifs sur le territoire.             Lles SAMU devraient avoir une cartographie exacte des DEA et être impliqués dans le choix de leurs emplacements.

 

 

Tags : défibrillateur entièrement automatique arrêt cardiaque survie