CP088 - Place des D-dimères dans la démarche diagnostique de l'embolie pulmonaire chez le patient septique : étude rétrospective

Carole Piera Mardemootoo (1), Garnier Céline (2), Elodie Vandeville (2), Bruno Boudjema (2), Estelle Jacques (2), Blaise Debien (2), Riad Jreige (2), Mustapha Sebbane (2)

1. Département de Médecine d'Urgence, CHU Montpellier, Montpellier, France
2. Département de Médecine d'urgence, CHU Montpellier, Montpellier, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : L’embolie pulmonaire (EP) est fréquemment suspectée aux urgences car potentiellement mortelle et de présentation variable, mais un angioscanner ne peut être systématiquement réalisé. Le sepsis favorise l’EP et augmente indépendamment le taux de D-dimères. Notre étude analysait l’intérêt des D-dimères chez les patients septiques dans la démarche diagnostique de l’EP.

Méthodes : Nous avons réalisé une étude monocentrique rétrospective chez des patients adultes septiques. Les dossiers des patients pour lesquels un angioscanner thoracique avait été demandé entre janvier et décembre 2016, ont été extraits de la base de données et revus. Les patients septiques (température > 38,2°c ou < 36°c et/ou frissons et/ou CRP > 5mg/L, et/ou globules blancs > 12 000/mm3 ou < 4 000/mm3 et/ou PCT > 0,5 ng/mL) traites par antibiotiques, et avec un taux de D-dimères positif (seuil = 500ng/mL pour les patients < 50 ans, seuil = âge (en années) x10 pour les patients > 50 ans) ont été inclus. Etaient exclus ceux ayant un cancer évolutif ou en rémission ( < 5 ans), une insuffisance rénale (DFG < 60mL/min), et les femmes enceintes. Des groupes ont été différencies selon la présence ou non d’une EP à l’angioscanner thoracique (groupes « EP - » et « EP + ») et selon le score SOFA (sous-groupes « SOFA - » et « SOFA + »). Nous avons déterminé les taux moyens et performances diagnostiques des taux de D-dimères et calcule le seuil optimal par analyse des courbes ROC.

Résultats : Sur 471 patients avec un angioscanner thoracique, 63 ont été inclus (49 « EP - » et 14 « EP + »). Le taux moyen de D-dimères était significativement plus bas dans le groupe « EP - » (1587 ± 985 ng/mL) versus « EP + » (2610 ± 1131 ng/mL) dans la population totale, et dans le sous-groupe « SOFA - », groupe « EP - » (1333 ±734 ng/mL) et « EP + » (2457 ± 1216 ng/mL). Il n’y avait aucune différence significative dans les autres sous-groupes. Le seuil optimal était respectivement de 1898 ng/mL et 1471ng/mL pour les patients septiques et « SOFA - », avec des valeurs prédictives négatives respectives de 0,90 et 0,96.

Conclusion : Les D-dimères sont utiles dans la démarche diagnostique de l’EP chez les patients septiques. Un seuil optimal plus élevé peut être utilisé pour l’éliminer, particulièrement lorsque le score SOFA est inférieur à 2. Des études avec des effectifs plus importants et prospectives devront préciser ces résultats.

Tags : D Dimères sepsis embolie pulmonaire performances diagnostiques