P111 - Outils d'évaluation de l'intoxication au CO et prise en charge thérapeutique

Sébastien Kirsch (1), Mickael Forato (1), Pierrick Le Borgne (2), Philippe Kauffmann (2), Céline Renfer (2), Sarah Ugé (3), Hervé Delplancq (1), Pascal Bilbault (2)

1. SAMU 67, Hopitaux Universitaires de Strasbourg, Strasbourg, France
2. Urgences Adultes, Hôpital de Hautepierre, CHU Strasbourg, Strasbourg, France
3. Urgences Adultes, Hopital de Hautepierre, CHU Strasbourg, Strasbourg, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction: L’intoxication au monoxyde de carbone (CO) est une intoxication potentiellement mortelle qui se démarque par sa difficulté diagnostique liée à la non- spécificité de son expression clinique. De multiples appareils quantitatifs de mesure de l’intoxication ont été élaborés pour faciliter le dépistage et l’évaluation de la gravité. Les recommandations actuelles du traitement par oxygénothérapie sont peu précises et suggèrent « 6 à 12 heures d’oxygénothérapie » pour les intoxications sans signe de gravité.

Matériel et méthodes: Nous présentons une étude observationnelle, rétrospective et mono centrique de patients ayant consultés aux urgences d’un CHU entre 2011 et 2016. L’objectif était de comparer ses différents appareils de mesure, ainsi que d’évaluer les modalités de l’oxygénothérapie.

Résultats: Sur les 103 patients analysés, 78% (IC95%: 70-86%) ont bénéficié d’un dosage pré-hospitalier (RAD-57 ou CO expiré ou mesuré dans l’air) et 88% (IC95%: 82-94%) d’une mesure de l’HbCO aux urgences. Au total, une mesure objective a donc été réalisée chez 94% (IC95%: 89-99%) des patients. Nos résultats montraient qu’il existait une bonne corrélation entre le CO mesuré dans l’air expiré et l’HbCO dosé aux urgences, ainsi qu’entre le CO mesuré et expiré (indice de corrélation (r): 0,72 et 0,80 ; p<0,001) contrairement au RAD-57 (r=0.26 ; p=0,21). 80% (IC95%: 72-88%)  des patients ont eu le d’oxygène en pré-hospitalier. Les débits d’oxygène variaient de 2 à 15 L/min et pour des durées s’étalant de 6 à 1440 minutes, sans aucune corrélation avec le CO mesuré. La vitesse de décroissance de l’HbCO sous oxygène calculée semblait suivre une règle logarithmique (en moyenne 0.005%/L/min d’O2). In fine, 90% des patients ont pu regagner leur domicile après un temps moyen de passage aux urgences de 271 minutes.

Conclusion: L’oxygène, pierre angulaire du traitement, semble encore aléatoirement utilisée en pré-hospitalier et aux urgences. L’utilisation accrue des méthodes de dosage, notamment de la mesure sur CO expiré, qui semble fortement corrélé à l’HbCO et supérieur au RAD-57, pourrait améliorer la pertinence diagnostique initiale. Associée à une harmonisation des pratiques d’oxygénothérapie, elles pourraient permettre d’optimiser la prise en charge thérapeutique.

Tags : intoxication CO évaluation HbCO