P271 - Orientation étiologique devant un état de choc aux urgences : intérêt de l'évaluation hémodynamique en échocardiographie transthoracique au chevet du malade

Mehdi Ben Lassoued (1), Yosra Guetari (2), Maher Arafa (3), Rim Hammami (3), Bassem Chatbri (2), Mounir Haggui (4), Olfa Djebbi (5), Khaled Lamine (4)

1. Service d'Urgence, Hopital militaire de tunis, Tunis, Tunisie
2. Service des Urgences, Hôpital Militaire de Tunis, Tunis, Tunisie
3. Service d'Accueil des Urgences,, Hôpital Militaire de Tunis,Tunisie, tunis, Tunisie
4. Service des Urgences, Hopital militaire de tunis, Tunis, Tunisie
5. Service d'Accueil des Urgence, Hôpital militaire d'Instruction Mohammed V, Tunis, Tunisie
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Objectif : Evaluer l’intérêt  de l’évaluation hémodynamique en échocardiographie transthoracique dans l’orientation étiologique des patients en état de choc aux urgences 

Matériel et méthodes : Etude prospective réalisée  aux urgences, sur une période de quatre ans, incluant tous les  patients  présentant une pression artérielle systolique inférieure ou égale à 90 mmHg ou moyenne < =60 mmHg et/ou une insuffisance circulatoire périphérique associée à une dysfonction d’organe. L’étude hémodynamique échocardiographique a porté sur l’évaluation des paramètres suivants : fraction d’éjection ventriculaire gauche (FEVG), pressions de remplissage ventriculaires gauches (PRVG), flux mitral : onde E/ rapport E/A, , intégrale temps-vitesse sous- aortique (ITVsAo). Le diagnostic clinique et le traitement initial ont été confrontés aux résultats de  de l’évaluation hémodynamique.

Résultats : Cent cinquante patients ont été inclus. L’âge moyen était de 5.8±12 ans. La FEVG était altérée  dans  43 % des cas. Des PRVG pressions étaient diminuées dans 40% des cas. Une onde E inférieure à 0.7 m/s dans 35 % des cas, supérieure à 1m/s dans 38 % des cas. Une ITVsAo supérieure à 20 cm dans 20 % des cas. Un état de choc cardiogénique a été diagnostiqué dans 35% des cas, hypovolémique dans 30% des cas et vasoplégique dans 20 % des cas. Dans  68 %  l’évaluation modifiait le diagnostic étiologique et conduisait à des modifications thérapeutiques dans  60 % des cas. Cette évaluation hémodynamique ne permettait  pas de conclure dans  15 % des cas.

 Conclusion : L’évaluation hémodynamique  en échocardiographie transthoracique d’un patient en état de choc permet de redresser un certain nombre de diagnostic mais elle reste  insuffisante (15% des cas) dans les situations hémodynamiques complexes. 

Tags : Etat de choc-étiologie-hémodynamique-échographie