P217 - Obésité et recours aux urgences dans la cohorte CONSTANCES

Anne-laure Feral-pierssens (1, 2), Claire Carette (3), Claire Rives-lange (3), Joane Matta (4), Marcel Goldberg (2, 5), Philippe Juvin (6), Marie Zins (2, 5), Sebastien Czernichow (2, 5)

1. Service d'Urgence, Hôpital Européen Georges Pompidou, AP-HP, Paris, France
2. UMS 11 Cohorte épidémiologique en population, INSERM, Villejuif, France
3. Service de Nutrition, Hôpital Européen Georges Pompidou, AP-HP, Paris, France
4. Service de Nutrition, Holy Spirit University, Jounieh, Liban
5. Santé Publique, Université Paris Descartes, Paris, France
6. Service d'Accueil des Urgences, Hôpital Européen Georges Pompidou, AP-HP, Paris, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : La prise en charge des patients obèses dans les services d’urgences pose des problèmes spécifiques telles que les nécessaires adaptations pharmacologiques, techniques ou logistiques. Pourtant, il n'existe que peu de données concernant leur recours aux services d’urgences (SAU). Nous avons comparé le taux de recours aux urgences des obèses à celui des sujets de poids normal au sein de la cohorte CONSTANCES, en prenant en consideration des facteurs de confusion potentiels dont notamment leurs comorbidités et plusieurs variables socio-économiques.

Méthode : La cohorte épidémiologique CONSTANCES est constituée d’adultes sélectionnés au hasard dans la population française. Les données des participants ont été associées à leurs données medico-administratives du Système National d’Information Interrégimes de l’Assurance Maladie (SNIIRAM). Les sujets inclus dans notre étude étaient les sujets de la cohorte présentant un Indice de Masse Corporelle (IMC)≥30 kg/m2 et ceux présentant un poids normal (18,5<IMC≤25 kg/m2). Le critère de jugement principal était le taux de participants ayant consulté aux urgences entre 2010 et 2013. Nous avons réalisé une analyse comparative par sexe des taux de consultation aux urgences entre obèses (par classes d'obésité) et sujets de poids normal. Des modèles de regression multivariés ont été réalisés et leurs odds-ratios [OR] ont été calculés avec Intervalle de Confiance [IC] à 95 %.

 

Resultats : Notre échantillon incluait 21035 sujets de poids normal et 5003 obèses. Les sujets obèses avaient consulté aux urgences plus fréquemment que les sujets de poids normal (hommes : 30,5 % vs. 26,7 % ; femmes : 30,3 % vs. 24,4 %, P < 0,001). Après ajustement, les sujets obèses avaient toujours un risque plus élevé de consultation aux urgences (hommes : OR 1,18 ; 95 % CI 1,04 à 1,33 ; femmes : OR 1,36 ; 95 % CI 1,22 à 1,52). Le risque était plus élevé chez les sujets présentant une obésité très sévère (IMC ≥ 40 kg/m2) (hommes : OR 2,18 ; CI 95 % 1,32 à 3,63 ; femmes : OR 1,85 ; 95 % CI 1,38 à 2,49).

 

Conclusion : Les sujets obèses ont un taux de recours aux services d’urgence plus élevé que les sujets de poids normal même après ajustement sur leur situation socio-économique et leurs comorbidités. Cela est d’autant plus important chez les sujets présentant une obésité très sévère. Des études longitudinales de suivi permettraient d’analyser les facteurs à l’origine de ces differences de recours aux urgences. 

Tags : Obésité Recours aux urgences cohorte