P056 - Moins l'AVC est sévère, plus long est le chemin.

Patrice Serre (1), Laurie Fraticelli (2), Clément Claustre (3), Magali Bischoff (4), Julie Freyssenge (3, 5), Laurent Derex (6), Carlos El Khoury (7, 8), Groupe Resuval (9)

1. Service d'Accueil des Urgences, Centre hospitalier de Bourg en Bresse, BOURG EN BRESSE, France
2. réseau des urgences de la vallée du Rhône, RESUVal, CH Vienne, Vienne, France
3. réseau RESUVal, centre hospitalier lucien hussel, vienne, France
4. Cellule de Coordination, Centre hospitalier de Vienne, VIENNE, France
5. HESPER EA7425, Université Claude Bernard Lyon I, lyon, France
6. Neurologie, Hôpital neurologique, LYON, France
7. Urgences, Centre hospitalier de Vienne, VIENNE, France
8. réseau des urgences de la vallée du Rhône, RESUVal, CH Vienne, vienne, France
9. réseau des urgences de la vallée du Rhône, RESUVal, Centre hospitalier de Vienne, vienne, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : Plusieurs études mentionnent l’augmentation des délais de prise en charge pour les AVC les moins graves.

Matériel & méthode : Notre réseau d’urgence a mis en place un registre d'évaluation observationnel multicentrique des AVC thrombolysés, suivis jusqu'à 3 mois. Notre étude a porté sur l’analyse des différents délais depuis les symptômes jusqu’à la thrombolyse pour les AVC mineurs (NIHSS 0-4), modérés (5 – 15), sévères (16 – 20) et graves ( > 21).

Résultats : Les caractéristiques diffèrent peu en dehors d’un âge plus jeune pour les AVC mineurs. Les délais de premier contact médical (PCM) sont présentés sur le graphique 1. Les AVC mineurs ont moins souvent recours au centre 15 et arrivent plus souvent par leurs propres moyens. Les délais PCM-thrombolyse sont non significativement augmentés pour les AVC mineurs et modérés. Les AVC mineurs et modérés ont un meilleur pronostic (complications, rankin à 3 mois et mortalité).

Discussion : Cette analyse confirme l’allongement des délais de recours mais également de prise en charge pour les AVC les moins graves. Il est probable que des signes modérés soient moins bien perçus par les patients et leur entourage comme étant lié à un AVC et que l’identification par les professionnels de santé soit aussi plus longue devant un tableau clinique peu déficitaire.

Conclusion : Une amélioration de l'identification des AVC mineurs et modérés par la population et les professionnels est nécessaire pour réduire les délais de reperfusion.

Tags : AVC delais thrombolyse