P084 - Mise en place et évaluation d'une grille LATA : Etude descriptive rétrospective à l'UHCD (Unité d'Hospitalisation de Courte Durée) d'un service d'urgences.

Pauline Feydeau (1)

1. Urgences/SAMU-SMUR, CHU LIMOGES, Limoges, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : L’incidence des situations de fin de vie aux urgences est en augmentation depuis dix ans. La limitation ou l’arrêt des thérapeutiques actives (LATA) est difficile dans ce contexte et nécessite un cadre médico-légal concret.

 Objectifs :  Un groupe de travail multidisciplinaire a établi un protocole de LATA validé par le Comité d’Ethique local. L’objectif principal de notre étude est l’évaluation de bonnes pratiques des procédures LATA au sein de notre service grâce à ce protocole. Les critères évalués seront: la collégialité, le recueil de l’avis du patient, la désignation d’une personne de confiance, l’existence de directives anticipées. Les objectifs secondaires seront de dresser un profil épidémiologique des patients inclus et d’évaluer la satisfaction des équipes médicales et paramédicales grâce à un questionnaire diffusé au sein du service.

Méthodes : Une étude descriptive, observationnelle, rétrospective a été réalisée, du 1er Septembre 2015 au 31 Mars 2016 au sein de l’UHCD des urgences de notre centre hospitalier.

Résultats : 63 patients ont été inclus. Tous ont bénéficié d’une procédure de LATA grâce à l’outil d’aide à la prise en charge palliative du service. La décision a été collégiale dans 86% des cas. L’avis du patient a été recueilli dans 17,5% des cas. Une personne de confiance a été désignée dans 92% des dossiers. 6% des patients seulement avaient des directives anticipées. Le sex ratio était proche de 1 et l’âge moyen de 85,2 ans. 57% des patients provenaient de leur domicile principalement pour des motifs infectieux (41%). La satisfaction moyenne de notre grille LATA était de 7,7/10.

Conclusion : La médecine d’urgence repose sur les principes de permanence des soins, d’actes médicaux et aussi d’éthique. Les décisions de limitation ou d’arrêt des thérapeutiques actives deviennent une part non négligeable et de plus en plus courante de l’activité de médecine d’urgence. Elles ne constituent pas un arrêt des soins ou une procédure euthanasique mais une recherche à chaque instant de soins de confort pour le patient, ainsi qu’un soutien et un accompagnement de son entourage. Cette étude montre qu’un outil d’aide à la prise en charge palliative est nécessaire dans les services d’urgence. La collégialité et le cadre médicolégal qu’il apporte entraînent une amélioration qualitative des prises en charge de fin de vie. Il constitue un outil de réflexion concret et une aide décisionnelle pour les équipes soignantes.

Tags : LATA urgences fin de vie cadre médico-légal collégialité.