P172 - Mise en place et évaluation d'un protocole de prise en charge de l'hémorragie massive en salle d'accueil des urgences vitales adultes

Marine Dargère (1), Cédric Gangloff (2), Catherine Le Niger (3), Claudie Léostic (4), Marie-line Langlais (5)

1. , CHRU Brest, Brest, France
2. Service accueil des urgences, CHU Rennes, Rennes, France
3. Unité hémovigilance, CHRU Brest, Brest, France
4. Etablissement Francais du Sang, CHRU Brest, Brest, France
5. Service accueil des urgences, Centre hospitalier des Alpes du Sud Gap, Gap, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : Le choc hémorragique est un état physiopathologique peu fréquent mais dont la mortalité reste élevée malgré des recommandations d’expert récentes. La protocolisation de cette prise en charge très spécifique a été identifiée comme un élément permettant d’améliorer la survie des patients. Celle-ci est corrélée à la capacité des équipes à réaliser une transfusion massive impliquant l’administration à haut débit de Produits Sanguins Labiles (PSL). L’objectif de cette étude a été d’évaluer l’impact d’un protocole de prise en charge du choc hémorragique sur les débits transfusionnels en Salle d’Accueil des Urgences Vitales (SAUV).

Matériel et méthode : Il s’agissait d’une étude monocentrique rétrospective contrôlée, concernant les patients majeurs admis en état de choc hémorragique médical ou traumatique en SAUV. Le choc hémorragique a été défini par une pression artérielle systolique à l’admission inférieure à 90 mmHG associée à une hémoglobinémie inférieure à 9g/dL et l’absence d’argument pour un choc d’autre étiologie. Le protocole comportait une ordonnance spécifique comprenant deux volets. Le premier permettait la délivrance de quatre Concentrés de Globules Rouges (CGR) thermopucés ou non, disponibles avant l’arrivée du patient. Le deuxième volet, renouvelable, permettait la délivrance de quatre CGR non thermopucés, quatre plasmas frais congelés et un concentré plaquettaire. Le critère de jugement principal était le débit de transfusion des CGR exprimé en minute par CGR.  

Résultats : Vingt-deux patients ont été inclus dans le groupe « avant protocole » et dix-huit patients dans le groupe « après protocole ». Aucune différence statistique n’a été relevée concernant les caractéristiques initiales des patients à l’entrée en SAUV. Les débits dans le groupe « avant protocole » étaient de vingt minutes par CGR contre neuf minutes par CGR dans le groupe « après protocole » (p=0,023). Par ailleurs, une diminution de 41% des CGR détruits et une augmentation des conformités de transfusion de plaquettes, selon les recommandations d’experts, de 28% ont été observées.

Discussion : L’étude montre une épargne des produits sanguins labiles par augmentation du respect des recommandations lors de la prise en charge en SAUV.

Conclusion : Cette étude a montré une augmentation significative des débits transfusionnels et une réduction des PSL par diminution des transfusions après la mise en place d’un protocole d’hémorragie massive en SAUV. 

Tags : choc hémorragique transfusion massive débit transfusionnel épargne produits sanguins labiles