CP108 - Les tests de dépistage rapide du VIH : acceptabilité par les patients et faisabilité dans un Service d'Accueil des Urgences

Anaïs Guincestre (1), Richard Chocron (1), Isabelle Vassor (1), Philippe Juvin (1)

1. Service d'accueil des urgences, HEGP, Paris, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction. Depuis 2010, la stratégie de dépistage de l’infection VIH par l’intermédiaire des Tests Rapides d’Orientation Diagnostique (TROD) a été renforcée et élargie à toute la population de 15 à 70 ans. L’objectif de cette étude était d’évaluer l’acceptabilité et la faisabilité d’une proposition systématique du TROD VIH, à tous les patients adultes consultant dans un service d’accueil des urgences (SAU).

Matériels et méthodes. Etude prospective monocentrique observationnelle et interventionnelle dans un SAU du 29 février au 4 mars 2016. Proposition systématique de réaliser le TROD aux patients consultant aux urgences et concernés par la nouvelle stratégie de dépistage du VIH. Les patients répondaient à un questionnaire sur leurs facteurs de risque de l’infection au VIH. Le critère de jugement principal était le taux d’acceptation du TROD. Les critères de jugement secondaires étaient la faisabilité du TROD aux urgences et l’association entre facteurs de risque du VIH et acceptation du TROD.

Résultats. Parmi les 471 patients consultant aux urgences, le dépistage a pu être proposé à 200 patients, soit une faisabilité de 42.6% (200/471). Parmi eux, 76.5% (153/200) ont accepté de réaliser le test. 80 patients (40%) présentaient au moins un facteur de risque d’infection au VIH, tel qu’un partenaire sexuel né dans une région à risque, partenaires multiples, usage de drogue par voie intraveineuse ou relation homosexuelle. Le fait d’avoir au moins un facteur de risque d’infection par le VIH n’était pas significativement associé à l’acceptation du TROD (43.1% vs 29.7%, p=0.1). Après ajustement en fonction des facteurs de confusion ; l’âge, la nationalité, le sexe, les facteurs de risque d’infection par le VIH et le fait d’avoir été récemment testé pour le VIH par sérologie ne sont pas significativement associés à l’acceptabilité du TROD. Seul le fait de ne pas avoir entendu parler des autotests de dépistage du VIH semble être un facteur significatif pour accepter le TROD VIH aux urgences (OR=2.78 ; 95% IC [1.21-6.39]).

Conclusion. Le TROD est réalisable et  techniquement faisable au sein d'un SAU. La présence de facteurs de risque d’infection au VIH ne semble pas être associée à l'acceptation du TROD. Les patients connaissant peu la nouvelle stratégie de dépistage semblent mieux accepter les TROD au SAU. La poursuite de l’information parait primordiale. Il serait intéressant d’étudier les facteurs orientant les patients vers le TROD encadré ou les autotests.

Tags : Dépistage du VIH Test rapide Faisabilité Acceptabilité Facteurs de risque du VIH Service d'accueil des urgences