CP022 - Le profil des médecins urgentistes pré-hospitaliers influence-t-il leurs décisions et le pronostic au cours de la réanimation de victimes d'arrêts cardiaques extrahospitaliers ?

Clément Derkenne (1), Olivier Bylicki (2), Romain Kedzierewicz (3), Olivier Yavari (4), Lemoine Frédéric (3), Groupe De Travail Sur L'arrêt Cardiaque (3), Daniel Jost (4), Jean-pierre Tourtier (5)

1. Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris, Brigade des sapeurs-Pompiers de Paris, Paris, France
2. Service de Pneumologie, Hopital d'Instruction des Armées Percy, Clamart, France
3. Bureau Médical d'Urgence, Brigade des sapeurs-Pompiers de Paris, Paris, France
4. Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris, Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris, Paris, France
5. Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris, Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris, paris, France

Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/resumes.png /medias/images/design/icos/eposters.png


Au cours d’un arrêt cardiaque extra hospitalier (ACEH), le médecin urgentiste de l’équipe SMUR décide d’entreprendre ou non une réanimation spécialisée en fonction des informations qu’il a pu recueillir sur le patient (antécédents, circonstances, âge...), sur les gestes réalisés avant son arrivée (gestes par témoin, défibrillation) et de son vécu personnel. Le but de ce travail était de vérifier si les caractéristiques propres de l’urgentiste (âge, genre, expérience professionnelle) étaient associées : 1. à sa décision de réanimer, 2. au devenir immédiat de la victime

Matériel et Méthode : Etude rétrospective observationnelle multicentrique. Ont été inclus tous les ACEH pris en charge par les SMUR concernés. Les variables recueillies pour le patient étaient les variables d’Utstein, la décision de réaliser ou non une réanimation spécialisée, le devenir (transport cœur battant vs. laissé sur place décédé). Les variables concernant le médecin étaient son âge, sexe, nombre d’années d’expérience. Statistiques : analyse uni puis multivariée (régression logistique) visant à mesurer l’association entre les variables (âge sexe et expérience du médecin, variables d’Utstein) et la décision d’entreprendre ou non une réanimation spécialisée ; recherche des variables associées au transport cœur battant ou laissé sur place décédé du patient. Le seuil de significativité était fixé à  p < 0,05.

Résultats : De 2012 à 2014, 1954 ACEH ont été inclus, pris en charge par 102 médecins (60 hommes). Les caractéristiques des patients (âge, sexe, no flow, témoin, premier rythme) étaient comparables quels que soient le genre et l’expérience du médecin. Les médecins hommes étaient significativement plus expérimentés que les médecins femmes : 8,5 ans (SD :8,09-8,93) vs 5,26 (SD :4,88-5,65). En multivarié, la décision d’entreprendre une réanimation était associée au sexe masculin du médecin (Odds ratio 1,37 [1,11-1,69]), à une ancienneté de moins d’un an (OR 1,45 [1,08-1,96]). Le transport cœur battant n’était associé ni au sexe ni à l’expérience du médecin.

Discussion : Les médecins de sexe masculin ont plus souvent démarré une réanimation, avec cependant un taux de transport des patients similaire entre médecins hommes et femmes. La littérature a déjà rapporté des pratiques médicales influencées par le genre (Tsugawa Y, JAMA, 2016). Les déterminants de la mise en œuvre d’une réanimation sont complexes et font intervenir des représentations liées au genre et à l’expérience du praticien

Tags : Arrêt cardiaque genre ancienneté