P030 - La prise en charge diagnostique des céphalées non traumatiques de l'adulte : étude rétrospective durant l'année 2015, étude monocentrique.

Margaux Meton/bencharif (1)

1. SAU, CH La ciotat, La Ciotat, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


La céphalée est un motif de consultation médical fréquent. Des pathologies de fréquence et de gravité très différentes se cachent sous ce motif d’admission. Les céphalées posent des problèmes diagnostiques concernant l’indication et l’organisation des examens complémentaires nécessaires à leurs explorations. L’objectif de l’étude était d’évaluer la prise en charge diagnostique des céphalées au SAU du CH, de la confronter aux recommandations actuelles. Il s’agissait d’une étude rétrospective, descriptive et observationnelle sur un an, de Janvier à Décembre 2015. Etaient inclus tous les patients adultes dont le motif d’admission au SAU du CH était « céphalée ».

La céphalée a représenté 0,9 % des admissions en 2015. 179 patients inclus. L’âge moyen était de 41,5 ans. Il s’agissait principalement d’une jeune population féminine avec un sex-ratio de 2. Les critères IHS étaient mal connus et des éléments essentiels pour caractériser les céphalées manquaient souvent dans les dossiers. 46% des patients ont eu un scanner cérébral ; il s’est révélé pathologique dans 21,7% des cas. 3,4 % des patients ont eu une ponction lombaire ; elle a diagnostiqué une méningite dans 2 cas sur 6 et aucune hémorragie méningée. Les céphalées primaires représentaient 60 % des diagnostics, et les céphalées secondaires 26,8%.33,3% des céphalées secondaires étaient dues à une pathologie ORL, 31,3% à une pathologie vasculaire et 18,8% à un processus infectieux. 9,5 % patients nécessitait une prise en charge urgente.

Notre étude a montré que les céphalées primaires étaient majoritaires et que les pathologies graves restaient moins fréquentes. Dans l’ensemble, les patients ont été pris en charge conformément aux recommandations mais certains points restent à améliorer. Les caractéristiques des céphalées n ‘étaient pas assez recherchées. Elle a montré aussi que trop de patients sortent encore des urgences sans qu’un diagnostic étiologique précis ne soit fait, ni consigne de sortie données ; d’où la nécessité de l’utilisation de protocole issu des recommandations des sociétés savantes pour la prise en charge des patients céphalalgiques.

Tags : céphalée brutale scanner cérébrale ponction lombaire hémorragie sous arachnoïdienne protocole