CP150 - La prise en charge de la douleur par l'infirmier d'organisation et d'acceuil.

Alexia Merlin (1), Germain Trottier (2), Samuel Jeanty (3), Aude La Rocca (1)

1. urgences , hopital européen georges pompidou, paris, France
2. urgences , hopital européen georges pompidou, paris , France
3. urgences, hopital européen georges pompidou, pontault-combault , France

Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/resumes.png /medias/images/design/icos/eposters.png


         Introduction:

La douleur represente un critère important de la prise en charge globale des patients a l'hôpital. On constate au sein d’un service d’accueil des urgences, à l’accueil des patients, la prise en charge de la douleur n’est pas optimale.

         Materiel et Méthode:

2014: Réflexion pour une amélioration de la prise en charge de la douleur des patients. (audit n°1)

Le nouveau protocole lancé le 25 avril 2017 :

  • EN(échelle numérique) de 1 à 3/10 : Doliprane 1000 mg
  • EN de 4 à 6/10 : Oxynormoro 5 mg
  • EN de 7 à 10/10 : Titration de morphine

Audit n°2: 1 mois post lancement protocole

Audit n°3:  6 mois post lancement protocole

         Résultats:

Confrontation des 3 audits :

-En 2014 l’évaluation de la douleur prise en compte à l’IOA chez 85% des patients contre 100 % en 2017

-Audit n°1 22% des EN sont appliquées au protocole médical contre 99% selon audit n°2.

-Dans les 99% : 28% de refus patients et 1% de protocole non applicable

- 43% des patients EN a 0/10

-Le protocole douleur réalisé en 2017 a permis de soulager 18% des patients par antalgique de palier 3 et  28% d'après l'audit n°3.

-L’audit n°2 montre que 51 % des patients ont refusés le traitement proposé contre  25% à l'audit n°3.

         Discussion:

En comparant les audits 1 et 2, il y a eu une amélioration de l'évaluation de la douleur faite par les IOA, 85% en 2014 contre 100% en 2017, grâce à l'instauration dans le logiciel d'un critère d'évaluation d'EN obligatoire à L'IOA.

On note que 28% des patients reçoivent des traitements de palier 3 donc les patients en attente de prise en charge médicale sont soulagés.

Certains points faibles : pas encore d’alternatives thérapeutiques chez les patients drépanocytaires ou patients cancéreux déjà sous forte dose journalières de morphiniques.

En 2017, il reste encore un point essentiel à améliorer car selon les statistiques du 2ème et 3ème  audit 43% des patients répondent à l’IOA qu’ils n’ont pas mal, EN  à 0/10. Cette statistique reste stationnaire, d'après le 3ème audit à 42%. Ce chiffre élevé ouvre à la réflexion sur la forme de la question posée par les IOA.

Aussi, nous cherchons des solutions sur comment objectiver le refus des patients à l’IOA et les raisons de ce refus. 

         Conclusion:

100% de l’évaluation de la douleur est faite à l’IOA et de la prise en charge de la douleur des patients est en nette amélioration. Il reste néanmoins des axes d’améliorations, notamment sur la prise en charges des patients exclus du protocole.

Tags : urgence antalgique protocole infirmier d'orientation et d'acceuil douleur.