P142 - L'impact de la présence d'un médecin d'accueil sur la prise en charge des patients aux urgences

Hakim Slimani (1, 2), Charles Eric Lavoignet (3), Sylvére Hugonnot (1), Yannik Jaquier (1), Joffrey Bidoire (3), Oriane Guillot (3), Luc Sengler (1)

1. Urgences- SMUR , Hôpital Nord France Comté , Belfort, France
2. Urgences, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg. Hôpital Hautepierre , Strasbourg, France
3. Urgences, Hôpital Nord Franche Comté, Belfort, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : En France, un certain nombre d'hôpitaux ont opté pour la mise en place d'un médecin à l'accueil des urgences (SAU). Dans notre établissement, le poste de médecin organisateur d'accueil (MOA) a été créé en Février 2017. Il est présent 7 jours sur 7 et travaille en coopération avec deux infirmières d'accueil (IOA). Nous avons cherché à étudier si la présence d’un  MOA influençait  les différents délais de prise en charge et réalisation des examens complémentaires.

Matériel et méthode : Nous avons réalisé une étude monocentrique,  réalisée à partir de données rétrospectives. Deux populations de patients ont été étudiées, avant et après la mise en place du MOA, sur une période de sept mois chacune. Nous avons analysé l'ensemble des délais de prise en charge : premier contact médical, durée de séjour aux urgences, délais de réalisation des examens complémentaires, réorientation des malades.

Résultats : Les urgences adultes de  notre centre ont comptabilisé 44065 entrées sur la période sans MOA, versus 42662 pendant la période avec MOA. Le MOA a permis de réorienter 14,5%  de patients vers un circuit adapté (médecin traitant, consultation spécialisée, dentiste de garde). On observait une diminution significative de la  durée moyenne totale de séjour au SAU (274versus 198min,  p<0,001) et du premier contact médical (96 min versus 26min ; p<0,001). La prescription anticipée d’examens complémentaires à l’accueil a permis de diminuer le temps de réalisation des examens de radiologie de façon significative.

Discussion : L’intérêt d’un médecin dans la zone de triage fait l’objet de controverses. Des données récentes montrent une réduction significative de la durée de séjour des patients ambulatoires et l’accélération de la prise en charge des patients graves. Le MOA permettrait d’affiner le triage IOA en corrigeant la sur-cotation des patients et, moins fréquemment, en détectant un patient grave non identifié. L’évaluation médicale pourrait notamment optimiser la prévision des ressources à mobiliser pour la prise en charge du patient et mieux l’orienter vers une filière adaptée.

 Conclusion : La présence d’un médecin en zone de triage dans notre centre a permis une réduction du délai de premier contact médical et l’anticipation de certains examens complémentaires ou l’entrée dans certaines filières de soins. La finalité semble être une réduction globale du temps de passage dans une structure d’urgence souvent critiquée par son engorgement.  

Tags : médecin d'accueil urgences