CP069 - L'échographie diagnostique préhospitalière modifie-t-elle l'orientation des patients ? Étude de cohorte Échosmur.

Céline Alliel (1), Frédéric Gindre (1), Nicolas Naklé (1), William Goldman (1), François Revaux (1), Julia Dyens (2), Charlotte Chollet-xémard (1), Matthieu Heidet (1)

1. SAMU 94, CHU Henri Mondor, Créteil, France
2. SAMU 94, CHU Henri Mondor, Créteil, Grèce

Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/resumes.png /medias/images/design/icos/eposters.png


Introduction :

L’échographie appliquée à la médecine d’urgence devrait apporter des résultats immédiats en termes de diagnostic, de thérapeutique ou d’orientation. À ce jour, son bénéfice est incertain en SMUR. Le but de notre étude était d’évaluer l’impact ressenti par l’opérateur après réalisation d’une échographie en SMUR.

Matériel et méthode :

Etude de cohorte monocentrique concernant les patients pris en charge par un SMUR et pour lesquels une échographie pré-hospitalière était effectuée. Description des caractéristiques de l’opérateur, du motif d’intervention, de l’objectif de l’échographie et des conditions d’examen. Auto-évaluation par l’opérateur de l’influence des résultats sur la prise en charge du patient. Régression logistique multivariée sur l’existence d’une modification de l’orientation du patient après l’examen (OR + [IC95]).

Résultats :

73 patients inclus entre le 01/01/2016 et le 01/11/2017. Les opérateurs étaient majoritairement médecins (97%, n=73) avec une expérience échographique de moins de 2 ans (70%, n=51).

Les motifs d’intervention étaient : traumatisme (25%, n=18), douleur thoracique (31%, n=22), arrêt cardio-respiratoire (4%, n=3) dyspnée (10%, n =7), syndrome coronarien aigüe (4%, n=3, et autres (26%, n=19).

Les résultats de la modification de l’orientation par l’échographie étaient : aucune 71% (n=52), majoration vers soins intensifs 7% (n=5), minoration de la prise en charge 22% (n=16).

Après régression logistique multivariée, l’orientation du patient n’était modifiée que lorsque l’échographie était réalisée dans un contexte douleur thoracique (OR 8 [1.5-45.4], p=0.02).

Discussion :

Dans notre étude, l’échographie réalisée en SMUR modifiait peu la prise en charge des patients. L’échographie semble utile au tri des douleurs thoraciques (aucune réorientation ou réorientation hors soins intensifs). De futures études à la méthodologie plus robustes sont nécessaires afin d’évaluer l’intérêt clinique et organisationnelle de l’échographie préhospitalière.

Tags : SMUR Echographie