P116 - Intoxication aigue au methomyl(lannate): profil épidémiologique

Asma Aloui (1), Malek Hsouna (1), Othmen Kehila (1), Eya Ayari (1), Nozha Brahmi (1)

1. Polyvalent intensive care of toxicology , emergency medical center, Tunis, Tunisie
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


INTRODUCTION:

Le methomyl est un  pesticides anti-cholinestérasiques de type carbamate largement utilisé en agriculture. L'intoxication aigue est rare mais peut être sévère mettant en jeu le pronostic vital.

OBJECTIF: Décrire les caractéristiques cliniques, thérapeutiques, et pronostiques des patients admis pour intoxication aigue au methomyl.

MATERIELS ET METHODES :

Etude rétrospective sur 8 ans.

Inclusion de tous les patients admis en réanimation pour intoxication aigue au methomyl.

Le diagnostic a été retenu devant l'histoire d'ingestion du methomyl, les signes cliniques et la baisse de l'activité cholinestérasique sérique.

RESULTATS:

N=100, âge moyen=28.2 ±14.6 ans, sexe ratio(H/F)=0,35. L'intoxication était par voie orale dans 98% des cas et dans un but suicidaire dans 85% des cas. L'installation des signes cliniques était rapide dans un délais moyen de 13+/-24 mn. Les signes les plus fréquemment observés: myosis(n=92), douleur abdominale(n=63), vomissements(n=60), hyper-sialorrhée(n=36), hypersécrétion bronchique(n=34), coma(n=31), diarrhée(n=27), fasciculation(n=27), œdème pulmonaire aigue(n=17) et l'arrêt cardiorespiratoire(ACR) (7).les anomalies biologiques les plus fréquentes: l'hypokaliémie(n=42), l'hyperglycémie(n=24), l'hyperlipasémie(n=9).l'activité cholinestérasique était diminuée dans 75% cas avec un taux moyen à l'admission à 3374,50[140-14450]UI/L. Cinquante patients ont bénéficié d'un lavage gastrique, l'atropine a été administré chez 96 patients. Trente cinq patients ont eu recours à la ventilation mécanique dont 13 souffraient d'un SDRA. La pancréatite aigue a été observé chez 9 patients dont 2 étaient graves (stade D et E).

La mortalité durant l'hospitalisation était de 8% survenant en premier lieu suite à une hypoxémie réfractaire (62,5%) et en second lieu suite à un ACR (37,5%)

CONCLUSION:

L'intoxication au methomyl s'observe surtout chez les femmes jeunes. Le syndrome muscarinique est  le toxidrome prédominant. L'activité cholinestérasique sérique peut être normale du fait de son action rapide et transitoire.

Une prise en charge rapide basée sur l'introduction de l'atropine est recommandé afin de réduire sa mortalité.

 

Tags : Intoxication methomyl épidemiologie