CP034 - Intoxication accidentelles chez l'enfant dans les services d'urgence: Augmentation spécifique des intoxications au cannabis.

Guilhem Noel (1, 2), Laure Pourcel (3), Elisabeth Lagille (4), Caroline Ligier (5), Ghislain Leduc (6), Doriane Thiebaud (7), Gilles Faugeras (8), Gilles Viudes (9, 8)

1. Service d'urgence pédiatrique, Hôpital Nord, APHM, Marseille, France
2. Etudes et analyse, E santé ORUPACA, Hyères, France
3. Observatoire Régional des Urgences Midi-Pyrénées, ORUMIP, Toulouse, France
4. Observatoire Régional des Urgences Grand Est, Est-RESCU, Nancy, France
5. Observatoire Régional des Urgences Nouvelle Aquitaine, ORUNA, Bordeaux, France
6. Observatoire Régional des Urgences Hauts-de-France, Syn@pse, Euralille, France
7. Observatoire Régional des Urgences Bourgogne, ORUB, Chalon-sur-Saône, France
8. Fédération des Observatoire Régionaux des Urgences, FEDORU, Hyères, France
9. Direction, E santé ORUPACA, Hyères, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : Une augmentation des intoxications accidentelles au cannabis (IC) chez l’enfant a été rapportée aux USA (en lien avec la légalisation du cannabis) mais également en France. A notre connaissance, aucune étude n’a évalué, dans les services d’urgence (SU), l’évolution des IC en la comparant à celle d’autres intoxications accidentelles.

Méthode : Etude nationale rétrospective entre 2012 et 2016 à partir des Résumés de Passages aux Urgences (RPU). Les SU de 13 régions françaises étaient inclus s’ils avaient transmis des RPU de façon constante avec moins de 15% de données manquante pour le diagnostique (DP). Seul des RPU relatif aux moins de 8 ans été inclus. Les IC, les intoxications médicamenteuses (IM) et les intoxications alcooliques (IA) étaient définies à partir du DP (code CIM-10). La proportion de passage pour IC, IM et IA pour 10.000 passages ont été comparées entre les périodes 2012-2013 (P1) et 2015-2016 (P2) par des tests du Chi2.

Résultats : Entre 2012 et 2016, 1.905.189 RPU, concernant des enfants de moins de 8 ans, ont été transmis par 109 SU généraux et 9 SU pédiatriques. La proportion d’IC, d’IM et d’IA était de 0.83 (n=159), 0.22 (n=43) et 15.1 (n=2882) pour 10.000 passages. Pour les IC l’âge moyen des enfants était de 17.7 mois, 82.3% avaient moins de 2 ans, 77.2% étaient hospitalisé en service de pédiatrie et 5.1% en réanimation.  Entre P1 et P2 les IC avaient augmentées de 115% (0.51 vs 1.1 ;  = 2.18 [1.50 – 3.20], p < 0.001), alors que les IM avait diminuées (21.2 vs 17.2 ; p < 0.01)  et les IA était stables (0.37 vs 0.21 ; p=0.06).  

Discussion : A partir des RPU nous confirmons l’augmentation des IC accidentelles chez l’enfant dans les SU. Les RPU constitue une source de données réactive pour la surveillance des IC. Nous rapportons une décroissance des IM et une tendance à la décroissance des IA.  Cela suggère que l’augmentation des IC n’est pas le fait une diminution globale de la vigilance parental. Une augmentation de la teneur en THC des résines de cannabis et une banalisation de son utilisation sont des facteurs explicatifs. Les IC chez l’enfant sont potentiellement sévère. Ces données doivent être prises en compte dans le débat sur la légalisation du cannabis et des messages de préventions ciblés sur les risques d’IC accidentelles chez l’enfant devraient figurer dans les campagnes de sensibilisation au danger du cannabis.

Conclusion : Parmi les intoxications accidentelles de l’enfant les IC augmente de façon spécifique.

Tags : Cannabis enfant intoxication