P058 - Interventions médicales lors des transferts secondaires des patients bénéficiant d'une thrombolyse dans le cadre d'un AVC précoce : pertinence de la médicalisation

Noémie Pardet (1), Antoine Poupel (1), Armelle Fanchon (1), Anthony Motté (2), Bertrand Guihard (3), Xavier Combes (4)

1. Urgences, CHU Sud Réunion, Saint Pierre, Réunion
2. Urgences - SAMU974, CHU Nord Réunion, Saint Denis, Réunion
3. Urgences, CHU Félix Guyon, Saint Denis, Réunion
4. urgences, CHU Félix Guyon, Saint Denis, Réunion
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : le nombre de thrombolyse des accidents vasculaires cérébraux (AVC) à a phase précoce est en augmentation exponentielle dans des centres périphériques grâce aux plateaux téléAVC. Les modalités de transfert secondaire de ces patients ne sont pas bien définies et ils sont majoritairement médicalisés. L’objectif principal de notre travail était d’évaluer les interventions médicales secondaires à la survenue d’évènements indésirables au cours de ces transferts. L’objectif secondaire était l’étude de l’évolution clinique des patients entre le départ du transfert (T0) et l’arrivée à destination (T1) d’un point de vue neurologique, hémodynamique et respiratoire

Matériel et méthode : nous avons réalisé une étude observationnelle multicentrique rétrospective de janvier 2014 à décembre 2016, sur l’ensemble de notre département. Tout patient majeur, thrombolysé via un plateau de télémédecine dans le cadre de la prie en charge précoce d’un AVC puis transféré dans un second temps a été inclus. Les interventions médicales en cours de transport étaient définies par l’intubation ou l’introduction d’un traitement par amine, osmothérapie, antihypertenseur ou antiépileptique. L’étude des statuts neurologiques, hémodynamiques et respiratoires à T0 et à T1 était respectivement basée sur les scores de Glasgow et de NIHSS, les pressions artérielles et la fréquence cardiaque et la saturation.

Résultats : nous avons inclus 128 patients, dont 51 de moins de 60 ans. Seulement 8 patients (7%) ont nécessité une intervention médicale dont la moitié liée à l’introduction d’un antihypertensseur. Les patients ayant nécessité des amines durant le transfert n’était majoritairement pas stable à T0. Aucune intubation n’a été nécessaire. Il n’y a eu aucune dégradation neurologique ni respiratoire en cours de transfert.

Discussion : dans notre travail, très peu d’interventions médicales ont été nécessaires lors des transferts secondaires des patient thrombolysés dans le cadre d’un AVC. Aucune manoeuvre réanimatoire lourde n’a été objectivée. Les patients restaient stables durant le transfert. Des transports infirmiers inter hospitaliers (TIIH) pourraient certainement être envisagés pour des patients sélectionnés sur des critères de stabilité.

Tags : Thrombolyse Transfert secondaire Transport Infirmier Inter-Hospitalier Accident Vasculaire Cérébral