P182 - Intérêt de la télémédecine dans le recours aux structures d'urgences au sein d'un milieu isolé.

Claire Dumont (1), Xavier Combes (2), Laura Lebeau-desmoulin (3), Amandine Fleury (2), Marion Leroy (4), Anne-marie Holman (5), Gwenola Allain-jeannic (5)

1. urgences-SAMU, CHU Nord La réunion, Saint denis de la Réunion, France
2. urgences-SAMU, CHU Nord La réunion, Saint-Denis, France
3. urgences-SAMU, CHU Nord La réunion, saint-denis, France
4. urgences-SAMU, CHU Nord La réunion, saint denis, France
5. urgences-SAMU, CHU Nord La réunion, Saint-denis, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : L’isolement géographique ainsi que les conditions d’accès difficiles d’un milieu isolé entrainent des difficultés de permanence de soins et de prise en charge des urgences.?En 2007, un SAMU de France crée alors un dispositif original de télémédecine entre médecins régulateurs et binôme paramédical d’un petit hôpital isolé de la première structure d’urgences via une route escarpée parfois inaccessible. L’objectif de ce travail était d’évaluer la limitation du recours aux structures d’urgences après actes de télémédecine.

Matériel et méthode : Il s’agit d’une étude observationnelle rétrospective incluant les patients ayant bénéficié d’une téléconsultation dans cet hôpital pendant les horaires de la permanence de soins en 2016. Etaient étudiés leur orientation et prise en charge.

Résultats : 296 patients ont bénéficié de téléconsultations en 2016 pendant les horaires de permanence des soins. 132 patients (45%) ont été orientés dans cet hôpital de premiers recours par le centre 15. Cela a permis à 143 patients (48 %) ne pas être transférés vers une structure d’urgences. Pour les autres patients, avant leur départ, leur prise en charge a été optimisée par des soins infirmiers, notamment 46 voies veineuses périphériques (30%) et l’initiation d’un traitement pour 87 d’entre eux (56,9%) à visée symptomatique, asthmatique ou cardiovasculaire. 16 urgences vitales (10 SMUR terrestres, 5 SMUR héliportés, 1 transport pompier par carence de SMUR)  ont été pris en charge via la télémédecine avec mise en place de traitements par voie intraveineuse normalement administrés en présence d’un médecin, ou encore mise en place d’une VNI ou pose d’une ceinture pelvienne.

Conclusion : Ce dispositif original de télémédecine, mis en place il y a 10 ans, s’inscrit dans la pérennité. Il constitue une aide majeure pour les médecins régulateurs pouvant adresser directement les patients en télémédecine. Il permet, comme à ses débuts d’éviter près d’un transfert sur deux et d’effectuer ces derniers dans les meilleures conditions possibles, débutant si nécessaire un traitement vital.

Tags : télémédecine milieu isolé permanence de soins médecine d'urgences organisation.