CP065 - Intérêt de l'échographie dans la ponction artérielle radiale "difficile"

Romain Genre Grandpierre (1), Xavier Bobbia (1), Nathalie Jory (2), Thibaud Masia (1), Stéphane Pommet (1), Pierre-geraud Claret (1), Jean-emmanuel De La Coussaye (1)

1. Pôle Anesthésie Réanimation Douleur Urgences, CHU Nîmes, Nimes, France
2. Pôle Anesthésie Réanimation Douleur Urgences , CHU Nîmes , Nîmes, Nimes, France

Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/resumes.png /medias/images/design/icos/eposters.png


INTRODUCTION :

L’échoguidage dans la ponction artérielle radiale n’a pas démontré de supériorité vis-à-vis de la méthode standard par palpation. Mais son utilisation pourrait constituer une alternative intéressante dans les ponctions jugées « difficiles ».

MATÉRIEL ET MÉTHODE :

Il s’agit d’une étude pilote et monocentrique, comparative et contrôlée à 2 bras parallèles réalisée sur 2 ans et 4 mois.

La ponction artérielle radiale était considérée comme difficile après deux échecs par l’IDE ou lorsque l’artère n’était pas palpable d’entrée. La randomisation informatique permettait la constitution de deux bras : avec échographie et sans échographie. Après réalisation du geste, les données étaient saisies dans un e-CRF.

Le nombre de sujet nécessaire a été fixé à 72, calculé sur des bases statistiques à partir de données antérieures. Les règles de bonnes pratiques ont été respectées et un accord CPP a été obtenu. Le data-management ainsi que l’analyse des données a été réalisé par un département de biostatistique indépendant du service.

L’objectif principal est le taux de réussite à la première tentative.

 

RÉSULTATS :

Soixante-treize patients ont été randomisés en deux bras. Les caractéristiques sont comparables dans les 2 groupes pour l’ensemble des données patients (sexe, âge, IMC, coté ponctionné … ), soignants (âge, expérience et formation en échographie) et les indications de ponctions.

Le taux de réussite à la 1ere tentative avec échoguidage est de 53% (N=19) pour 19% (N=7) sans échoguidage (Risque Relatif de 2 ([1.3-3.2]) (p=0.003).Un échec est évité tous les trois patients traités en moyenne [95%CI ; 2-6]. 

Sur les objectifs secondaires, la procédure échographique diminue la durée du geste (2min[+-1.7] vs 3.6min[+-2.5],p=0.01), la douleur ressentie (3.1[+-3] vs 5.7[+-2.7],p < 0.001)le nombre de tentatives de ponctions artérielles (1.8 [+-1.2] vs 3.6[+-2.5],p < 0.001), de cathéters utilisés (1.2[+- 0.4] vs 1.6[+-0.6],p=0.002).

Elle  augmente la satisfaction du patient (7.9 [+-2.4] vs 5.2 [+-3.1], p < 0.001), et celle du soignant (8[+-2.9] vs 4[+-3.5], p=0.01).

Aucune complication ou événement indésirable n’a été observé.

CONCLUSION :

Sur les données de cette étude , unique dans la littérature médicale,  nous préconisons fortement l’utilisation de l’échographie en première intention pour les ponctions artérielles radiales après deux échecs par la technique standard ou sur les artères non palpables. 

Tags : Ponction artérielle radiale ultrasonographie palpation