P209 - Intérêt d'une médicalisation de la base de la sécurité civile par une équipe SMUR: Étude de l'activité du 7 novembre 2016 au 24 juin 2017

Josselin Colliot (1), Denis Gonzalez (2), Paul Henri Gendre (2), Celine Lambert (3)

1. urgence, CHU Gabriel Montpied, clermont ferrand, France
2. SAMU, CHU Gabriel Montpied, clermont ferrand, France
3. biostatistique, CHU Gabriel Montpied, clermont ferrand, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : Jusqu'à présent l'utilisation de l'hélicoptère de la sécurité civile (Dragon) comme vecteur SMUR se faisait via de nombreux intermédiaires engendrant une perte de temps et des problèmes logistiques. Cette étude fait suite à une demande conjointe de l'ARS et de la direction centrale de la sécurité civile d'évaluer l'intérêt d'une médicalisation directe de la base de la Sécurité Civile.

Matériel et méthodes : Du 7 novembre 2016 au 24 juin 2017 une équipe médicale était mise en place à la base de la Sécurité Civile les lundis et mardis ouvrés permettant ainsi un départ direct en intervention sur demande du SAMU. Nous avons comparé les jours médicalisés (HEMS : helicopter emergency medical service) par rapport aux autres jours fonctionnant sur le mode d’intervention habituel (« classique »). Le critère de jugement principal était le délai de départ en intervention.

Résultats : Sur les 230 jours de l’étude, 63 jours sont inclus dans le bras HEMS et 167 jours sont inclus dans le bras « schéma classique ». On observe 289 interventions dont 34.2% se déroulent les jours HEMS. Les délais de départ sont réduits les jours HEMS par rapport aux autres jours (6min [3 ; 9] vs 12min [8 ; 15] ; p < 0.001) avec des distances d’interventions plus courtes (26 km [23 ; 45] vs 45 km [30 ; 55] ; p < 0.002) pour les départs en intervention primaire. Il y a une augmentation significative de l’activité sur la filière mère-enfant (5.9% HEMS vs 0% ; p < 0.02), les détresses respiratoires (5.9% vs 4.7% ; p < 0.02) et la traumatologie (53% vs 38.3% ; p < 0.02). Les patients pris en charge par HEMS bénéficient de plus d’antalgie que les patients pris en charge les autres jours (59.6% vs 41.2% p < 0.03).

Discussion : La médicalisation de la base de la sécurité engendre une augmentation d’activité SMUR. Les interventions sont plus courtes, et les patients sont plus souvent polytraumatisés. Ces données suggèrent que la médicalisation facilite l’emploi de l’hélicoptère de la sécurité civile comme vecteur SMUR. Une évaluation de l’impact de cette médicalisation sur la morbi mortalité des patients pris en charge par le SMUR doit être envisagée.

Conclusion : Le gain d’activité, le gain de temps médical, le gain de temps dans le déploiement des moyens sanitaires, le possible gain sur la morbi mortalité des patients nous incitent à proposer une extension de cette médicalisation aux autres jours de la semaine.

Tags : HEMS hélicoptère SAMU SMUR Sécurité Civile pré hospitalier secours médicalisation Dragon GEMS urgences régulation