CP029 - Influence des ressources médicales pré-hospitalières sur le pronostic de l'arrêt cardiaque extra-hospitalier.

Richard Chocron (1), Eloi Marijon (2), Daniel Jost (3), Frederic Adnet (4), Philippe Juvin (1), Xavier Jouven (5), Alain Cariou (6), Florence Dumas (7)

1. Service d'Accueil des Urgences, Hôpital Européen Georges Pompidou, AP-HP, Paris, France
2. Cardiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou, AP-HP, Paris, France
3. Brigade des sapeurs pompiers de Paris, Brigade de sapeurs pompiers de Paris - CEMS INSERM U970, Paris, France
4. SAMU-SMUR, APHP, Avicenne, Saint Denis, France
5. Service Médical d'urgence - Centre d'Expertise de la Mort Subite INSERM U970, Centre de Recherche Cardiovasculaire Paris, Paris, France
6. Réanimation Médicale, Hopital Cochin, AP-HP, Paris, France
7. Service d'Accueil des Urgences, Hopital Cochin, AP-HP, Paris, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : Le pronostic d’un arrêt cardiaque extra-hospitalier (ACEH) reste encore faible et est connu pour varier selon le lieu de survenue.  Ces disparités peuvent refléter des différences de population, d’usage et d’accès au système de santé. Nous avons étudié l’influence du niveau de ressource médicale pré-hospitalière (Brigade des sapeurs-pompiers (BSP) et Service Mobile d’Urgence et de Réanimation (SMUR)) selon le lieu de survenue, sur le pronostic des patients victimes d'une ACEH.

Méthode : De Mai 2011 à Janvier 2016, nous avons analysé l’ensemble des ACEH non-traumatiques collectés prospectivement. Les données étaient collectées selon les recommandations d’Utstein. Le lieu de survenue de l’ACEH a été géolocalisé et réparti en 19 zones au sein desquelles les moyens médicaux pré-hospitalier (nombre de caserne BSP et d’unité SMUR) étaient distribués de façon homogène. Nous avons analysé l’influence des différences socio-démographiques et de moyens médicaux pré-hospitalier des 19 zones à l’aide d’un modèle hiérarchique multiniveaux. Le critère de jugement principal était le Retour à une Activité Circulatoire Spontanée (RACS) et le critère secondaire la survie.

Résultats : Durant la période, 8754 ACEH non traumatiques sont survenues. Le taux global de RACS était de 41,9% (3675/8754) et la survie globale à la sortie de l’hôpital était de 8.7% (760/8754). Les caractéristiques des patients et des ressources médicales pré-hospitalière (nombre d’unité de BSP et de SMUR) étaient significativement différentes entre les 19 zones. Le taux brut de RACS variait de 33% à 51.1% (p<0.01) selon la zone. En analyse multivariée, un nombre élevé de ressources médicales (BSP et SMUR) était associé positivement au RACS (respectivement aOR=1.05; p=0.09 and aOR=1.13; p=0.01).

Conclusion:Au sein d’un large registre comprenant des zones socio-démographiquement très différentes, le niveau de ressource médicale pré-hospitalière influence significativement la survenue d’un RACS, chez les patients victimes d’un ACEH.

Tags : arrêt cardiaque extra hospitalier survie variabilité géographique