P061 - Incidence des effets indésirables médicamenteux graves au sein des salles d'accueil des urgences vitales d'un centre hospitalier universitaire français

Badia Zeribi (1)

1. Urgences, CH Cahors , Toulouse, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Objectif: Déterminer l'incidence des effets indésirables médicamenteux graves (EIMG) en salles d’accueil des urgences vitales (SAUV) adulte et pédiatrique.

Matériel et Méthode: Etude rétrospective observationnelle monocentrique de suivi d'une cohorte du 1er décembre 2014 au 31 avril 2015 incluant les patients entrés directement en SAUV. Le critère de jugement principal est la présence d’un EIMG; définit comme un évènement provoquant ou prolongeant une hospitalisation, susceptible de mettre la vie en danger, entraînant une invalidité; une incapacité importante ou un décès.

Résultats: L’incidence des EIMG étaient de 5,3% IC95% [4,0%-6,6%] (57/1075). Les EIMG les plus fréquents étaient les troubles de la conscience (n=20;35,1%), les hémorragies (n=19;33,3%) et les allergies (n=10;17,5%). Les classes médicamenteuses en cause sont décrites dans la figure 1. Ces EIMG ont entrainé 3,5% de décès (n=2), 31,6% de mise en jeu du pronostic vital (n=18) et 64,9% de prolongation de durée d’hospitalisation (n=37). Le centre régional de pharmacovigilance a permis de déterminer l’imputabilité intrinsèque à savoir l’association des critères chronologiques et sémiologiques déterminant ainsi un score d’imputabilité.

Conclusion: Cette étude est la première à définir l’incidence des EIMG en SAUV. 

Tags : Incidence Médicaments Gravité Pharmacovigilance Urgences