P144 - Implantation de transmission formalisée : management du changement par sensibilisation au risque patient

Griselda Razafimanantsoa (1), Patrick Miroux (2), Bruno Carneiro (2), Catherine Guillamet (3), Sylvie Prieur (3), Hélène Gaignard (3)

1. SAU, CHU Angers, Angers, France
2. Dpt Médecine d'Urgence, CHU Angers, angers, France
3. SAU, CHU Angers, angers, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : Les défauts de communication au sein des équipes médicales sont retrouvés dans 25 % des dossiers médico-légaux. Nous avons suivi la méthode issu du programme ASPIRE pour la mise en place de transmission formalisée au sein de notre équipe, en 5 étapes : Evaluation de la qualité des transmissions (grille SAED), questionnaire de sensibilisation à la perception du risque, e-learning, présentiel avec résolution de cas cliniques issus de RMM (HAS 2009), questionnaire de satisfaction.

Méthode : Un questionnaire a été proposé aux médecins urgentistes du service pour évaluer leur perception du risque patient. Les questions proposées abordent les facteurs influençant la sécurité des patients, les actions pouvant réduire les évènements indésirables, et plus particulièrement les actes de transmission des informations sur les patients.

Résultats : 20 seniors des urgences ont été sollicités. L’évaluation en aveugle des transmissions selon le grille SAED à retrouvé 60 % de grille incomplète. Le questionnaire a montré que 75% pensent que les interruptions de tâches lors de leur travail au sein des urgences influencent très fortement la sécurité des patients. Le flux de patient est considéré comme ayant une influence forte à très forte, respectivement 65% et 30%.

Parmi les autres thèmes abordés, la communication avec l’équipe paramédicale et le patient, la charge émotionnelle du personnel et le stress influencent fortement la sécurité du patient, respectivement 55%, 60%, 65%, 60%, quant à la fatigue du personnel, 60% jugent qu’elle influence très fortement cette sécurité. A contrario, les médecins estiment que leur vie privée intervient faiblement (65% : influence faible) dans la sécurité patient contrairement aux données de la littérature.

Les solutions choisies par les médecins pour améliorer la sécurité des patients sont en priorité, la diminution de prise en charge simultanée des patients, la lutte contre la fatigue et le stress du personnel médical et paramédical, et notamment l’évolution des supports informatiques.

Enfin la communication autour du patient est considérée par tous les praticiens interrogés, comme importante voir très importante dans la gestion de la sécurité du patient.

Conclusion : Cette première phase nous a permis de sensibiliser les praticiens sur la notion de sécurité des patients et les éléments l’influençant et d’améliorer la dynamique de changement pour l’implantation d’un outil formalisé de transmission de type SAED,

Tags : sécurité risque SAED