CP048 - Impact de la vidéolaryngoscopie sur le temps d'intubation total et la charge mentale globale au cours de l'intubation orotrachéale réalisée par des urgentistes débutants : Etude prospective en simulation.

Nicolas Marjanovic (1, 2), Julien Guilbot (1), Marie Dubocage (1, 3), Jérémy Guénézan (1, 4), Olivier Mimoz (1, 5)

1. Service d'Accueil des Urgences - SAMU 86, Centre Hospitalier Universitaire de Poitiers, Poitiers, France
2. Inserm CIC1402 unité 5 ALIVE, Centre Hospitalier Universitaire de Poitiers, Poitiers, France
3. Faculté de Médecine et Pharmacie, Université de poitiers, Poitiers, France
4. ABS-Lab - Faculté de médecine et Pharmacie, Université de Poitiers, Poitiers, France
5. Unité INSERM U1070, Université de Poitiers, Poitiers, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : les vidéolaryngoscopes (VL) permettraient de faciliter l’intubation orotrachéale (IOT). L’objectif de notre travail a été d’évaluer l’impact des VL sur le temps d’intubation (TTI) au cours de l’IOT réalisé par des urgentistes débutants.

Méthodes : Etude prospective observationnelle randomisée en simulation. Deux VL (airtraq (AT) et APA) ont été évalués et comparés à la laryngoscopie (LA) dans un ordre randomisé par des étudiants de DESC de Médecine d’Urgence au cours de 2 situations, normal (N - décubitus dorsal, hauteur adaptée) et préhospitalière (P – patient au sol, espace exiguë). Le critère de jugement principal a été le TTI. Le critère secondaire a été une évaluation psychocognitive de l’index de charge mentale (TLX) évaluant l’interaction cognitive entre le participant, le dispositif et le geste d’intubation par l’échelle NASA-TLX.

Résultats : Les résultats principaux sont présentés dans le tableau 1. En situation N, le TTI n’a pas différé entre LA et les 2 VL (LA 45 [31-49]s vs AT 76 [40-122]s ; p = 0.21 et APA 62 [48-77]s ; p=0.24). En situation P, le TTI a été plus court avec AT par rapport au LA (LA 63 [36-102]s vs AT 27 |23-43]s ; p=0.01 et APA 32 [23-51]s ; p=0.13]. Le TLX n’a pas différé entre les dispositifs au cours de N, et a été plus élevé avec LA au cours de P.

Discussion et conclusion : Lors de l’IOT réalisé par des urgentistes débutants, les VL ne diminue le TTI que lorsqu’il existe une difficulté situationnelle de type préhospitalière.

Tags : Laryngoscopie vidéolryngoscopie simulation ergonomie