P057 - Impact de la mise en place de la téléthrombolyse sur la prise en charge initiale des suspicions d'accident vasculaire cérébral (AVC) du territoire SMUR d'un établissement sans neurologue

Emilie Lesaine (1), Clement Julhes (2), Francois Rouanet (3), Igor Sibon (3), Jean-marc Faucheux (4), Melanie Maugeais (1), Florence Saillour-glenisson (5), Gaelle Seignolles (6)

1. CIC-EC7, CHU DE BORDEAUX, BORDEAUX, France
2. URGENCES, CH DE PAU, PAU, France
3. UNITE NEURO-VASCULAIRE, CHU DE BORDEAUX, BORDEAUX, France
4. UNITE NEURO-VASCULAIRE, CH D'AGEN, AGEN, France
5. Unité méthodes d'évaluation en santé (UMES), CHU DE BORDEAUX, BORDEAUX, France
6. URGENCES, CH DE MARMANDE, MARMANDE, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


INTRODUCTION

Le pronostic des patients présentant un AVC est fortement lié à la qualité et la rapidité des soins. L'objectif de cette étude est d’évaluer l'évolution des pratiques de prise en charge initiale des suspicions d’AVC au niveau d’un territoire SMUR, avant et après la mise en place de la téléthrombolyse en janvier 2014 aux urgences d’un établissement sans neurologue.

METHODES

Cette étude rétrospective transversale a été réalisée à partir des données d’une cohorte régionale de prise en charge des AVC, sur 2 périodes de recueil, l’une avant (2013-2014) et l’autre après (2015-2016) la mise en place de la téléthrombolyse. Six indicateurs de pratique ont été analysés à l’aide des tests du CHI2 et de Wilcoxon-Mann-Whitney :

- 4 indicateurs aux urgences de l’établissement sans neurologue : proportion de réalisation du score NIHSS, proportion d’imagerie en première intention, proportion d’orientation en UNV à la sortie des urgences, délai médian admission-imagerie ;

- 2 indicateurs aux urgences de l’établissement sans neurologue et son UNV de recours : proportion de thrombolyses réalisées pour suspicion d’AVC à l’arrivée aux urgences et pour AVC ischémique confirmé à posteriori par un médecin neuro-vasculaire.

RESULTATS

857 patients ont été inclus. Les comparaions entre les deux périodes n’ont montré aucune différence statistiquement significative concernant la proportion de réalisation du score NIHSS (61,5% avant - 57,2% après ; p=0,32), le delai médian d’imagerie (68 min avant - 48 min après ; p=0,08) et la proportion d’orientation en UNV (41,4% avant - 43,5% après ; p=0,62). En revanche, les proportions d’IRM en première intention (6,3% avant – 15,7% après ; p<0,001), de thrombolyses réalisées pour suspicion d’AVC (7,6% n=33 avant – 14,6% n=62 après ; p=0,001) et pour les AVC ischémiques confirmés (12,5% n=33 avant - 20,9% n=62 après ; p=0,01) étaient signicativement plus élevées après la mise en place de la téléthrombolyse.

CONCLUSION

Une évolution positive a été constatée au vu de l’augmentation du nombre de thrombolyses et de l’accès à l’IRM en premiere intention après la mise en place de la téléthrombolyse. L’absence d’amélioration significative des autres indicateurs peut s’expliquer par des résultats déjà dans la moyenne nationale en 2013-2014, par la saturation des UNV et des délais incompressibles d’accès à l’imagerie (examen clinique, biologie, disponibilité des équipements). Il reste néanmoins un axe d’amélioration pour la réalisation du score NIHSS.

Tags : Accident vasculaire cérébral téléthrombolyse indicateurs organisation des soins