CP042 - Impact de la Fibrillation Atriale (FA) avec Syndrome d'Insuffisance Cardiaque Aigue en urgence (SICA) : Données du registre DeFSSICA

Tahar Chouihed (1), Charlène Duchanois (1), Laurie Fraticelli (2), Adrien Bassand (1), Stéphane Manzo-silberman (3), Sandrine Charpentier (4), Eric Bonnefoy-cudraz (5), Carlos Elkhoury (6)

1. SAMU-smur urgences, CHRU Nancy, Nancy, France
2. RESUVal-Réseau des Urgences de la vallée du Rhône, CH VIENNE, Vienne, France
3. Cardiologie , Hôpital Lariboisiere PARIS, Paris, France
4. Urgences, CHU Toulouse, Toulouse, France
5. Cardiologie, CHU Lyon, Lyon, France
6. Urgences SMUR, CH Vienne, Vienne, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : L'insuffisance cardiaque (IC) est actuellement deux fois plus fréquente et, est associée à un risque deux fois plus élevé de décès (8 à 10%) que les syndromes coronariens aigus et touche principalement les personnes âgées ayant de multiples comorbidités, dont la FA de novo.

Objectif principal : Impact de la FA sur le pronostic et la durée de séjour des patients en ICA.

Matériel et Méthode : Etude de cohorte prospective, multicentrique. 699 patients suspectés de dyspnée d'origine cardiaque ont été inclus dans 26 services d’urgences français dans le cadre du registre DeFSSICA. 537 patients ICA ont été analysés en trois groupes : G1 (non FA ;232), G2 (FA de novo ; 66) et G3 (FA chronique :239). Les caractéristiques cliniques, démographiques, les explorations complémentaires, les traitements d'urgence et le devenir des patients ont été évalués. Les associations entre FA et le pronostic, ainsi que la durée de séjour ont été évaluées par régression logistique univariée et multivariée. Les variables d’ajustement ont été déterminées par la méthode pas à pas.

Résultats : Les patients de G3 présentent plus de comorbidités (IC chronique : G3 66% vs 49% G1 et 18% G2 p= 0.03 ; insuffisance rénale chronique G3 26% vs G1 23 % G2 6% p = 0.03, valvulopathies G3 26% vs 10 % G1 et G2 18% p = 0.02, hospitalisés au moins deux fois dans l’année passée G3 16% vs G1 10 % G2 6% et p = 0.03). Les signes cliniques, les tests biologiques et radiologiques sont similaires entres les trois groupes. La réalisation d’une échographie aux urgences est rare (15%), majoritairement faite pour le G3. Le pourcentage de patients encore hospitalisés à 30 jours était similaire pour les trois groupes. La mortalité intra hospitalière est en lien avec l’augmentation du taux de troponine. (OR = 3.68 [1.23 ; 15.87] p = 0.04). La durée médiane de séjour est majorée avec la présence de FA et IC chronique (OR = 1.02 [1.00 ; 1.03] p = 0.02).

Discussion : Au cours de la maladie atriale, la fonction ventriculaire gauche est en général respectée, pouvant expliquer le non impact sur la mortalité sauf si la troponine augmente, suggérant une atteinte ventriculaire surajoutée. En revanche, notre travail montre que la FA aurait tendance à fragiliser les patients, augmentant la durée de séjour des patients en SICA avec une IC chronique.

Conclusion : La FA augmente la durée de séjour des patients en ICA et connus pour une IC chronique pris en charge en urgence, mais n’augmente pas la mortalité des patients.

Tags : fibrillation atriale insuffisance cardiaque aigue durée de séjour mortalité